Ouvrir une boîte de nuit (ou discothèque)

Malgré les mutations actuelles, le monde de la nuit reste une activité qui attire de nombreuses personnes. Si vous rêvez d’ouvrir votre propre discothèque, LegalVision vous livre les principales étapes pour mener à bien votre projet. Vous trouverez ci-dessous un résumé des points essentiels à retenir :

I/ Réaliser un business plan pour ouvrir une boîte de nuit

II/ Les modalités légales pour ouvrir une boîte de nuit

I/ Réaliser un business plan pour ouvrir une discothèque

La première étape pour ouvrir une boîte de nuit est de réaliser un business plan composé en premier d’une étude du marché.

A/ Les éléments d’étude du marché pour ouvrir une discothèque

L’étude de marché concernant l’ouverture d’une discothèque doit en premier lieu porter sur la situation du marché des boîtes de nuit dans un secteur géographique déterminé. L’étude va ainsi définir les difficultés et les tendances du secteur.

L’autre aspect de l’étude de marché concerne la concurrence. En effet, vous devez faire un rapport sur les établissements de nuit déjà ouverts dans votre secteur. Des questions doivent se poser sur les tarifs ou le type de clients attiré par ces établissements. L’étude du marché doit également s’intéresser sur les différentes caractéristiques de la population locale, notamment le pouvoir d’achat, le niveau de vie ou le type de musique en vogue.

B/ Quel concept choisir pour votre boîte de nuit ?

Le meilleur moyen de s’imposer dans le milieu de la nuit est de réfléchir à un concept original et innovant, avant même d’ouvrir votre discothèque. Cela dépend en grande partie de la clientèle ciblée ; par exemple les jeunes, les adultes célibataires ou les personnes plus de 40 ans.

Le type de musique entre également dans le concept de la discothèque. Pour cela, vous aurez un large choix de musique commerciale ou underground.

Ensuite, il faudra aussi prendre en considération le prix d’entrée. Vous pouvez réserver l’accès à une clientèle chic ou l’ouvrir au grand public.

L’importance est donc de trouver un concept qui va répondre à l’attente de la clientèle cible dans le but de la fidéliser. C’est dans cette optique qu’il faudra penser à l’utilisation de la discothèque en journée. À titre d’illustration, vous pouvez y organiser des cours de danse.

C/ Le choix de l’emplacement de la discothèque

Le choix du local est également un élément important dans la réalisation du business plan d’une discothèque. Effectivement, il faudra louer ou acheter un local susceptible d’accueillir un nombre conséquent de personnes et d’accueillir le type de service que vous envisagez. Un débit de boisson doit avoir la place nécessaire pour être rentable. Il faudra aussi penser à l’accessibilité et à la visibilité de la discothèque.

Pour avoir le meilleur prix, une installation en périphérie de la ville est une bonne solution. En plus, vous ne risquez pas de conflit avec les voisins pour tapage nocturne. Dans le cas d’un local en centre-ville, vous serez obligé de gérer le bruit en plus de payer un loyer élevé. L’idéal est d’avoir son local près d’un logement de jeunes étudiants ou d’une cité universitaire. Selon l’emplacement de votre boîte de nuit, vous allez ou non avoir facilement une clientèle.

D/ La rédaction à proprement dit du business plan

Les points clés pour réussir votre projet d’ouvrir une discothèque est à résumer dans le business plan. Il devra mettre en avant plusieurs points tels que l’organisation et la gestion de la discothèque. Le business plan comprend aussi les services proposés, le chiffre d’affaires prévisionnel, l’étude du marché et la stratégie marketing. Il faut tenir compte des partenariats avec les bars locaux, les actions publicitaires pour se faire connaître sur les réseaux sociaux ou dans la rue avec des affiches par exemple. Il est utilisé pour appuyer un dossier de demande de prêt auprès des banques ou des organismes de crédits.

À noter que des modèles de business plan sont disponibles sur internet. Le cas échéant, vous pouvez engager un professionnel pour vous aider à rédiger votre business plan.

II/ Les modalités légales pour ouvrir une boîte de nuit

A/ La réglementation et les modalités administratives pour ouvrir une discothèque

Avant de pouvoir ouvrir votre boîte de nuit, il faut effectuer les demandes d’autorisations indispensables. Tout d’abord, il faut obtenir une licence de débit de boissons. L’idéal est d’avoir une Licence IV pour pouvoir vendre des boissons de plus de 18° d’alcool. Pour obtenir cette licence, il faut à la fois détenir un permis d’exploitation délivrée après une formation spécifique (d’environ 20 heures sur la lutte contre l’alcoolisme, la protection des mineurs et la répression de l’ivresse publique) et effectuer une déclaration préalable. Ce permis d’exploitation est valable 10 ans et renouvelable.

Ensuite, le fait de diffuser de la musique dans votre discothèque vous oblige à signer un contrat avec la SACEM. Il devra être accompagné d’une déclaration à la société pour la perception de la rémunération équitable de la communication au public des phonogrammes du commerce (SPRE). La SPRE collecte, dans le cadre d’un mandat légal, une rémunération qui sera ensuite reversée aux artistes et aux producteurs en contrepartie de l’exploitation de la musique dans votre établissement.

D’autres obligations sont également imposées au propriétaire d’une boîte de nuit, comme l’obligation d’afficher le prix, le respect des normes de sécurité ou des heures d’ouverture et de fermeture des bars.

B/ Le choix du statut juridique pour sa discothèque

L’étape ultime pour ouvrir une boîte de nuit consiste à choisir un statut juridique. Ainsi, dans le cadre de la création d’entreprise vous aurez le choix entre différentes formes de sociétés.

  • Dans le cas d’une entreprise individuelle, vous allez engager votre patrimoine personnel vis-à-vis des créanciers.
  • En présence de plusieurs associés, vous pouvez choisir entre une SARL ou une SAS qui va limiter votre responsabilité. L’autre option est de choisir une forme unipersonnelle, comme l’EURL et la SASU, si vous avez l’intention d’exploiter tout seul la boîte de nuit. Dans ce cas, contrairement à une entreprise individuelle, votre responsabilité sera limitée.

Le choix de cette forme est important, car c’est le statut juridique qui va conditionner le régime social et la fiscalité de votre discothèque. Selon votre statut, vous allez être soumis à l’impôt sur les sociétés ou à l’impôt sur le revenu.

Enfin, si votre projet est d’ouvrir une discothèque, il est possible de créer une société en ligne gratuitement à condition d’avoir les documents et les autorisations nécessaires.

Louise Paquet

Louise Paquet

Titulaire d'un Master I, louise est passionnée par la sociologie juridique. Elle s’intéresse particulièrement à l'évolution du legaltech. Atia rédige sous la direction de Loïc Le Goas, Avocat et Président de Legalvision.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *