Ouvrir une librairie, les conseils de Legalvision

Ouvrir une librairie

Le marché du livre est un marché fructueux et dynamique, ouvrir une librairie peut donc être une bonne idée pour un passionné de littérature. Aujourd’hui, ce marché tend de plus en plus à se réinventer avec l’extension du livre numérique, concurrençant ainsi le livre classique. C’est donc un marché qui connaît une véritable transformation. En effet aujourd’hui, la part du marché diminue constamment au profit de la vente en ligne.

Le marché du livre tourne principalement autour des livres jeunesse, de bande dessinée et de littérature générale.

Vous trouverez ci-dessous un résumé des points essentiels à connaitre pour pouvoir ouvrir une librairie:

I/Les qualités requises pour ouvrir une librairie

II/L’élaboration d’une étude de marché

III/Quel statut juridique choisir pour ouvrir une librairie? 

I/Les qualités requises pour ouvrir une librairie

Pour ouvrir une librairie, il n’est pas nécessaire d’avoir un diplôme spécifique. Néanmoins, certaines formations permettent d’arriver à cet objectif (notamment les formations de l’Institut national de formation à la librairie, les DUT métiers du livres, une licence en lettre et option librairie, un CAP en librairie-papeterie…). En effet, une formation peut être nécessaire pour gérer une librairie. Cela permettra au libraire d’acquérir un savoir-faire indispensable à l’exercice de son métier.

À noter: le Syndicat de la librairie française recense toutes les formations envisageables pour exercer le métier de libraire.

Pour ouvrir une librairie, il faut en plus d’être un passionné de littérature, être capable de conseiller ses clients. Il faut également être rigoureux car vous devrez gérer les achats et les stocks, le bilan comptable, le circuit de vente des produits.

II/ L’élaboration d’une étude de marché

C’est une étape cruciale avant l’ouverture d’une librairie. L’étude de marché permet en outre de regrouper les objectifs et axes à développer. Cela va notamment permettre de faire un choix décisif sur le positionnement de la librairie. Il faudra faire un choix décisif : ouvrir en plein centre-ville? dans un local proche des zones étudiantes? etc. Il est impératif pour cela de repérer l’environnement géographique.

À noter: le libraire qui saura proposer des concept nouveaux, originaux, attirera un maximum de clients (il est possible de créer un simple point de vente, mais il est possible également de créer une librairie-salon de thé par exemple) .

De même, il peut être avantageux d’ouvrir une boutique en ligne. Il existe donc diverses manières de créer une librairie.

Enfin, le libraire doit trouver ses fournisseurs. Pour cela, il est conseillé de se développer un réseau solide. Cela est notamment facilité par l’adhésion au Syndicat de la librairie française.

Il est enfin important de créer un business plan prévoyant les investissement, les aides à obtenir, les financements etc.

À noter sur la réglementation à connaitre avant d’ouvrir une librairie:

La loi Lang de 1981 fixe le prix unique du livre. Seule une réduction de 5% au maximum peut être accordée par les détaillants.

Concernant les délais de paiement, les libraires peuvent fixer les délais avec les éditeurs à 90 ou 100 jours.

Le taux de TVA est fixée à 5,5%.

À noter sur le capital à investir pour ouvrir une librairie :

Il est nécessaire de mobiliser une trésorerie considérable pour ouvrir une librairie. En effet, il faut tenir compte des investissements tels que le stock, le mobilier mais également les travaux. Il y a également le loyer du bail commercial ainsi que les charges. Il faut compter les frais de création et payer les salaires et cotisations sociales des employés.

À savoir : il faut compter environ 100 000 euros pour l’ouverture d’une librairie indépendante en plein centre-ville.

Enfin, il est conseillé de se renseigner sur les différentes aides qui peuvent être accordées. Ces aides sont notamment accordées par l’Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles (IFCIC), le Centre national du livre (CNL), ou encore la Bourse jeune libraire par exemple.

À savoir: le chiffre d’affaire d’un libraire fluctue selon les périodes de l’année. Par exemple pour les fêtes et à la rentrée scolaire, ce chiffre d’affaire a tendance à augmenter. Il est nécessaire de tenir compte des périodes creuses afin que le libraire puisse adapter son réassort.

III/ Quel statut juridique choisir pour ouvrir une librairie?

Pour ouvrir une librairie, il est nécessaire de s’installer en tant que libraire. Il faut à cet effet être inscrit en tant que commerçant.

Dès lors, plusieurs statuts juridiques permettent d’exercer en tant que libraire. En effet, le librairie peut avant tout décider d’exercer en tant qu’auto-entrepreneur. La création du statut d’auto-entrepreneur est simple. Mais ce statut peut s’avérer inapproprié car il existe un plafond de chiffre d’affaires qui peut rapidement être atteint.

Le libraire peut décider d’exercer en tant qu’entrepreneur individuel. Ici, les cotisations sociales sont payables dès la création du statut.

Il peut également exercer sous le statut d’EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée). Ce statut permettra ainsi au libraire de protéger son patrimoine personnel en cas de faillite de son entreprise.

Enfin, le libraire peut décider d’exercer sous forme de société (notamment SARL ou SAS). Dans ce cas, la responsabilité personnelle des associés est limitée aux apports de ces derniers. Toutefois, les formalités de création sont plus lourdes. À noter: il faut ensuite enregistrer les statuts de la société au registre du commerce et des sociétés.

Le libraire peut enfin opter pour l’EURL qui est une SARL à associé unique. Enfin le libraire peut décider d’exercer en SASU. C’est la forme unipersonnelle de la SAS, dans laquelle les associés ne sont responsables qu’à hauteur de leurs apports. Elle est plus flexible que la SARL. En effet, elle est en grande partie régie par les statuts.

Dans ce cas il ne reste plus qu’à rédiger les statuts (il est possible de les créer en ligne) et procéder à certaines formalités telle que la publication des annonces légales.

Focus sur l’ouverture d’une librairie indépendante:

Il peut être intéressant d’ouvrir une librairie indépendante. En effet, le libraire indépendant reçoit une marge d’environ 35% sur un livre (il faut compter 30% pour les petites librairies). De plus, les libraires indépendants bénéficient d’une exonération de contribution économique territoriale.

Laure Monjeau

Laure Monjeau

Laure Monjeau est titulaire d'un master 2 en droit privé et droit des affaires. Elle prépare actuellement le CRFPA. Habiba rédige sous la direction de Loïc Le Goas, Avocat et Président de Legalvision.

Recommended Articles