Ouvrir un magasin d’informatique

Ouvrir un magasin d'informatique

Parmi les domaines les plus florissants actuellement, les TIC (technologies de l’information et de la communication) intéressent au plus haut point les jeunes entrepreneurs. Beaucoup décident d’ ouvrir un magasin d’informatique. Pour certains d’entre eux, il s’agit simplement de surfer sur la vague, tandis que pour d’autres, ce genre d’entreprise allie passion et travail. Voici donc tout ce qu’il faut savoir pour ceux qui souhaitent vendre du matériel ou bien proposer des prestations dans le domaine de l’informatique. Dans cet article, on verra successivement :

I/Les compétences requises pour ouvrir un magasin d’informatique

II/Les démarches à suivre pour ouvrir un magasin d’informatique

 

I/Les compétences requises pour ouvrir un magasin d’informatique

Avant de parler des qualités nécessaires pour devenir gérant d’un magasin de vente de matériel informatique ou de prestation de service lié, il convient dans un premier temps d’aborder cette notion.

A) Qu’est qu’un magasin d’informatique ?

Un magasin d’informatique est un établissement qui vend des produits tels que les smartphones, les ordinateurs, les pièces de rechange ainsi que les accessoires en lien avec ces derniers. Cela inclut également les équipements et matériels tels que les imprimantes ou encore les appareils photo. A cet effet, le magasin effectue des achats vente et par conséquent des actes de commerce.

La boutique peut de même proposer de réparer ou de reconditionner les appareils informatiques en panne (software ou hardware). Celle-ci proposera alors des prestations de service. Il est évidemment nécessaire qu’elle dispose d’une personne ou d’une équipe experte en la matière.

B) Les qualités requises pour ouvrir un magasin d’informatique

En vertu de la liberté de commerce, n’importe qui peut ouvrir un magasin d’informatique. Si le magasin vend simplement des articles et produits informatiques, alors il n’y a pas de qualification réellement requise pour la gérer. Il suffit de disposer d’un business plan, d’une bonne capacité de gestion et d’éventuellement suivre une petite formation pour parfaire ses connaissances dans les TIC.

Toutefois, la qualité du gérant ou de l’entreprise dépend de la forme juridique de celle-ci. Si le magasin est dirigé par un auto-entrepreneur, et s’il vend seulement des produits informatiques, il doit alors s’immatriculer auprès du greffe du tribunal de commerce, registre du commerce et des sociétés. Il sera subséquemment affilié à la chambre de commerce. Tel est le cas également si le magasin est régi par une société commerciale.

Cependant, lorsque celui-ci propose des services d’assistance, de démontage/montage ou encore de dépannage informatique, l’entrepreneur aura la qualité d’artisan et s’enregistrera dans le répertoire des métiers (RM).

II/Les démarches à suivre pour ouvrir un magasin d’informatique

La procédure à suivre varie selon que le propriétaire du magasin opte pour une entreprise individuelle ou pour une société commerciale. Dans le premier cas alors, il ne crée pas de personne morale pour son activité. Dans le second, son entreprise aura sa propre personnalité juridique et un patrimoine distinct de ses membres.

A) Comment créer une entreprise individuelle ?

  1. Les démarches à suivre

L’entreprise individuelle est assez facile à formaliser du fait qu’elle ne se dissocie pas vraiment de l’entrepreneur qui la dirige. Par ailleurs, il est possible de s’immatriculer en ligne. Voici les démarches à suivre :

  • Retrait puis remplissage du formulaire P0 CMB auprès du centre de formalité d’entreprise compétente.
  • Constitution du dossier nécessaire pour l’immatriculation. Celui-ci comprendra le formulaire cité précédemment et les pièces d’identité de l’entrepreneur. Cela inclut de même une attestation de résidence.

Ce dossier est à envoyer au CFE qui donnera en échange un certificat de dépôt de dossier. Avec celui-ci il est déjà possible d’ouvrir un magasin d’informatique. Il fait foi jusqu’à la réception de la notification confirmant l’immatriculation de l’entreprise.

  1. Les avantages d’une entreprise individuelle

Une entreprise individuelle vous offre de nombreux avantages. La première concerne la fiscalité. Les microentreprises profitent de nombreux privilèges, dont l’affranchissement de TVA. Jusqu’à un certain seuil, elle n’est pas obligée de collecter cette taxe et de l’inclure dans le prix de ses produits ou prestations.

En outre, elle est plus flexible. Une seule personne décide de tout au sein du magasin. Aussi, elle dispose d’une grande liberté de gestion. Toutefois, elle devra assumer à elle seule, toutes les responsabilités. Il est cependant possible de créer une entreprise individuelle à responsabilité limitée.

Celle-ci partage de nombreux points communs avec la SARL. La plus grande est que l’entrepreneur est responsable des dettes à hauteur de la fortune qu’il a affectée au patrimoine d’affectation de son entreprise. Son patrimoine personnel sera alors en principe à l’abri des créanciers de celle-ci.

B) Comment monter une société commerciale ?

Pour ceux qui optent pour cette seconde solution, les démarches à suivre sont assez lourdes. Toutefois, la création d’entreprise sous forme de société offre de nombreux avantages.

  1. Différents statuts juridiques au choix

Parois pour un projet de plus grande envergure, nécessitant une étude de marché, il est préférable de fonder une société à part entière. Les futurs associés auront alors plusieurs formes juridiques à leur disposition :

  • Les sociétés de personne : La SNC

la société en nom collectif, n’a pas besoin d’un capital social minium pour exercer une activité. Cela donne la possibilité de partir de zéro et d’investir petit à petit. Toutefois les membres sont personnellement et solidairement responsables envers les créanciers de cette dernière.

 

  • Les sociétés de capitaux

Les SA ou les SAS sont les plus courantes. Ce sont des sociétés dites opaques, ce qui signifie que les tiers ne connaissent pas le nom des détenteurs des actions. Ceux-ci ne sont alors responsables de la dette ou des pertes enregistrées par société à hauteur de leur part dans le capital social. La SARL est une forme hybride entre les SNC et les SA. A rappeler qu’une seule personne peut détenir l’ensemble des actions ou parts sociales. Dans ce cas, on parle de SASU, de SARLU et d’EURL.

 

  1. Les démarches pour créer une société commerciale

Elles se passent en 4 à 5 phases. La première étape consiste en la rédaction des statuts de la société. Celui-ci contiendra les droits et obligations de tous les membres, comprenant le mode de désignation des dirigeants ou des gérants du magasin. L’une des questions les plus importantes concerne d’ailleurs le statut de ces derniers, par exemple, s’ils sont des assimilés salariés ou non.

Ensuite, les associés ou actionnaires procèdent à la constitution du capital social (qui est formé d’apports en nature, en numéraire ou en industrie). Après cela, le représentant légal de la société publiera sa naissance dans un journal d’annonce légale.

Enfin, ils procèdent au rassemblement des pièces du dossier pour l’immatriculation de la société auprès du Centre de formalités des entreprises compétent. Celui-ci délivrera en 2 jours seulement l’extrait K-bis qui atteste l’immatriculation de la société au RCS.

 

Contactez nos juristes !

Avatar

Vania Ranaivoarisoa

Juriste diplômée en Master 2. Vania rédige sous la direction de Loïc Le Goas, Avocat et Président de Legalvision.

Recommended Articles