Ouvrir un magasin d’optique, les étapes à suivre

ouvrir un magasin d’optique

En plein essor, le marché de l’optique réunit tous les facteurs pour réussir un projet de création d’entreprise.  En effet, le secteur peut atteindre un chiffre d’affaires global de 6 milliards d’euros. Il attire de nombreuses marques grâce à son fort potentiel. Ainsi, il est devenu très concurrentiel. Alors, pour ouvrir un magasin d’optique, trouver une bonne idée ne suffit pas, il faut concevoir un bon plan solide et respecter toutes les démarches légales requises. Le point.

Dans cet article, LegalVision met à votre service son expertise juridique pour vous permettre de tout comprendre sur le sujet. Vous trouverez ci-dessous un résumé des points essentiels à retenir :

I/ Les étapes préalables
II/ Les formalités légales à accomplir 

I/ Les étapes préalables

Les activités d’un magasin d’optique s’étendent généralement à la vente des instruments d’optique, en particulier les lunettes en verre et les lentilles de contact. Le leader de cette distribution en France est l’optic 2000, un groupement d’achat des opticiens lunetiers. Pour espérer d’atteindre ce niveau, vous devez assurer la durabilité et la réussite de votre magasin d’optique. Ceci, en respectant une démarche assez laborieuse. D’abord, en commençant par analyser et comprendre le fonctionnement du marché. Puis, à prouver la solidité de votre projet. Et enfin, à rechercher le financement nécessaire. Au même titre que la création d’une entreprise, la création d’un magasin d’optique doit respecter un plan d’affaires exhaustif.

A) L’étude de marché

Avant tout projet de création d’entreprise, l’étude de marché est une étape obligatoire. En effet, elle consiste à décortiquer l’environnement d’un marché donné dans un but d’obtenir le maximum d’informations. Aussi, cette étude permet d’analyser l’offre et la demande sur ce marché. Ainsi, elle peut être quantitative, qualitative ou basée sur des supports documentaires. De manière générale, les outils utilisés dans une étude de marché sont les sondages, les études documentaires, les entretiens individuels ou en groupe. L’étude de marché englobe généralement :

  • L’étude d’image et de notoriété,
  • Le test de prix,
  • Le test des points de vente,
  • La recherche du nom de marque,
  • L’étude de la communication.

La démarche de l’étude de marché peut être effectuée par soi-même ou par des spécialistes. Toutefois, pour la création d’un magasin d’optique, il est toujours recommandé de faire appel à un cabinet marketing spécialisé en optique.

B) La conception d’un business plan

Le business plan est un document écrit qui contient toutes les perspectives d’évolution d’une entreprise. À cet effet, il permet de prouver le sérieux du projet de création d’entreprise et de séduire les potentiels investisseurs. Ainsi, pour ouvrir un magasin d’optique, la conception d’un business plan est incontournable. Dans sa présentation doivent figurer 8 points essentiels. Il s’agit de la synthèse du projet d’optique, l’étude de marché, le business model, le plan marketing et opérationnel, les besoins en ressources humaines, les projections financières et le plan de financement. Pour une bonne présentation, la meilleure solution est d’utiliser un logiciel en ligne de business plan.

C) La recherche de financement

Combien coûte la création d’un magasin d’optique ? Impliquant de nombreuses dépenses, un magasin d’optique nécessite au moins un apport de 30.000 à 100.000 euros.  En effet, les dépenses comprennent le versement du droit d’entrée en franchise, le prix du local commercial, la campagne de communication et les autres dépenses imprévisibles. Par conséquent, la recherche de financement est une tâche assez difficile. Néanmoins, les solutions sont de plus en plus nombreuses. Notamment, avec les aides des organismes publics, les investisseurs en propre, les banques et les techniques de crowdfunding. Parmi les types de financement les plus prisés, on retrouve les prêts d’honneur et le financement participatif.

Le prêt d’honneur offre jusqu’à 90.000 euros de crédit sans exiger ni caution ni garantie avec un taux d’intérêt de 0%. Quant au financement participatif, il peut prendre la forme de don, de prêt ou de souscription de titres, de capital ou de créance.

D) Les stratégies commerciales à adopter

Dans un marché concurrentiel, il faut se démarquer en adoptant une stratégie commerciale gagnante. Le marché de l’optique nécessite des concepts innovants et des identités fortes. Actuellement, le marketing digital est la meilleure stratégie qui permet d’obtenir une meilleure visibilité auprès des clients cibles. Aussi, il y a le street-marketing ou marketing de proximité. La créativité et l’imagination sont aussi des atouts pour multiplier la rentabilité des activités.

II/ Les formalités légales à accomplir

Pour ouvrir un magasin d’optique, plusieurs formalités légales doivent être respectées.

A) Les diplômes requis

La profession d’opticien-lunetier est réglementée par la loi. Ainsi, est exigé le diplôme d’opticien- lunetier (BTS ou certificat d’études) pour exercer la profession. Toutefois, avec la loi HAMON de 2014, les non-diplômés peuvent ouvrir un magasin d’optique. A la seule condition de recruter une personne titulaire d’un diplôme opticien-lunetier.  Cependant, la loi exige la présence de cet employé diplômé pendant les heures d’ouverture du magasin.

B) Ouvrir un magasin d’optique : le choix de la structure juridique

Concernant la structure juridique d’un magasin d’optique, il existe une multitude de choix qui s’offrent à l’entrepreneur. Ainsi, il peut d’abord choisir soit d’ouvrir son magasin en indépendant soit en franchise.

  1. Un magasin d’optique en franchise

La franchise consiste en une collaboration entre deux personnes, dont le franchiseur et le franchisé. Cette structure a l’avantage de donner une notoriété au magasin dès son ouverture. Ceci grâce au savoir-faire du franchiseur. La sécurité est aussi le maitre mot dans le domaine avec une clientèle déjà présente. Cependant, l’investissement peut être plus conséquent.

  1. Un magasin d’optique indépendant

Les opticiens indépendants ont l’avantage de ne pas être attachés à une enseigne. Ils ne sont pas donc soumis aux contraintes de la franchise et sont exempts de tout contrôle extérieur.

C) Ouvrir un magasin d’optique : le choix du statut juridique

Pour ouvrir votre magasin d’optique, vous pouvez exercer votre profession en entreprise individuelle, en micro-entreprise ou en société commerciale.

  1. L’entreprise individuelle

Gérée par une seule personne, une entreprise individuelle est assujettie à la TVA et est imposée par le régime réel simplifié en matière fiscale.  Son chiffre d’affaires est de 81.500 euros pour les négociants et 32600 euros pour les prestataires de service. Son régime social est le régime social des indépendants.

  1. La micro-entreprise

Employant moins de 10 salariés, ce type d’entreprise a un chiffre d’affaires annuel limité. Son taux de charges fiscales et sociales est relativement faible. L’imposition de bénéfice est aussi forfaitaire, avec une gestion comptable très simplifiée.

  1. Les sociétés commerciales

L’avantage du statut juridique des sociétés commerciales réside dans son existence propre, différente des individus personnes physiques qui la dirigent. Elles bénéficient d’autres tarifs plus favorables que ceux appliqués aux personnes physiques en matière de charges fiscales et sociales.

D) Ouvrir un magasin d’optique, les démarches obligatoires

Des démarches spécifiques s’imposent à la création d’un magasin d’optique. Ainsi, il s’agit principalement de l’enregistrement du diplôme d’opticien au répertoire ADELI ou identification des professionnels de santé. Pour ce faire, un dossier doit être envoyé auprès de l’Agence Régionale de Santé de la région de l’implantation du magasin d’optique. Aussi, pour donner une existence légale au magasin d’optique, celle-ci devra être immatriculée au RCS. Enfin, la souscription à des assurances maladie est essentielle pour rassurer les clients et pour protéger la boutique. L’idéal serait l’assurance multirisque relative aux locaux professionnels, à la responsabilité civile, aux pertes d’exploitation et à la protection juridique professionnelle.

 

Avatar

Vania Ranaivoarisoa

Juriste diplômée en Master 2. Vania rédige sous la direction de Loïc Le Goas, Avocat et Président de Legalvision.

Articles recommandés