Ouvrir une maroquinerie : les points clés pas Legalvision

ouvrir une maroquinerie

Un must have pour le dressing, le cuir est un incontournable et un intemporels de la mode. Symbole du chic et de l’excellence, ce n’est sans surprise que l’industrie du cuir se porte toujours aussi bien. Son chiffre d’affaire est en constante augmentation. Vous désirez vous voulez lancer dans le business de la vente d’articles fabriqués en cuir ? Pourquoi ne pas ouvrir une maroquinerie. Pour concrétiser votre projet, LégalVision vous donne les points clés.

LegalVision, dans cet article,  met à votre service son expertise juridique pour vous aider à tout comprendre sur ce sujet. Vous trouverez ci-dessous un résumé des points essentiels à retenir :

I/ Qu’est-ce qu’une maroquinerie ?
II/ Les pré requis
III/ Bien choisir son emplacement
IV/ Quelle structure juridique choisir ?
V/ Les diplômes requis
VI/ Indépendant ou franchise ?

I/ Qu’est-ce qu’une maroquinerie ?

Une maroquinerie est une boutique où l’on vend des objets fabriqués à partir du cuir. Ouvrir une maroquinerie, c’est s’immerger dans les métiers du cuir. Dans le secteur de la maroquinerie, vous pouvez vendre plusieurs articles : des sacs à main, des valises, des portefeuilles, des prêts-à-porter, etc.

Outre la vente, une maroquinerie peut aussi proposer la réparation des objets en cuir.

II/ Les pré requis

Un projet entrepreneurial de grande envergure demande toujours une solide préparation. Ainsi, l’étude de marché et la réalisation d’un business plan sont les premières étapes à réaliser avant d’ouvrir une maroquinerie.

A) Ouvrir une maroquinerie : la réalisation d’une étude de marché

Faire une étude de marché, c’est recueillir des informations sur la rentabilité du marché de la maroquinerie dans une zone géographique. Grace à ces informations, vous pourrez comprendre et mieux analyser la dynamique su secteur dans votre zone de chalandise. Pour réunir ces informations, vous pouvez utiliser des questionnaires, des entretiens ou des panels.

Ainsi, pour que votre business soit fructueux, renseigner-vous sur le type de clients à viser, la valeur du panier moyen, l’expansion du marché de la maroquinerie par rapport à la région, les éventuels concurrents directs, les produits les plus appréciés…

B) Ouvrir une maroquinerie : le business plan

Le business plan est le document qui démontre la viabilité de votre projet. Il permet de gagner la confiance des banques et des investisseurs. Il faut donc qu’il soit clair et précis pour obtenir facilement des financements extérieurs.

Ainsi, dans le business plan, vous devez démontrer le concept de votre projet, l’étude du marché, le statut juridique, le plan marketing, ainsi que le budget prévisionnel…

  • Le budget prévisionnel doit englober les besoins humains, les besoins matériels et les services annexes utiles pour l’ouverture d’une maroquinerie.
  • Le budget sur les besoins humains concerne l’argent attribué pour votre personnel. Vous devez donc estimer dès le départ le nombre de vendeurs, de caissiers et de conseillers clientèle. Dans le cas où vous souhaitez ouvrir une maroquinerie de luxe, sélectionnez un personnel expérimenté et passionné.
  • Les besoins matériels touchent les équipements nécessaires, dont les vitrines, les présentoirs, le mobilier, etc.
  • Les services annexes, quant à eux, concernent les frais d’entretien, les frais des publicités et du marketing, l’assurance…

III/ Bien choisir son emplacement

Pour ouvrir une maroquinerie, il vous faut également porter une attention particulière à son emplacement. Pour cela, il est préférable que votre boutique soit implanté dans un lieu à fort passage. L’idéal serait de vous installer en centre-ville ou dans un centre commercial. De ce fait, vous serez plus visible et votre boutique plus susceptible d’attirer des clients.

IV/ Quelle structure juridique choisir ?

Pour connaître le régime d’imposition de votre entreprise ainsi que le statut social du dirigeant, il vous faudra bien définir sa structure juridique. Pour une maroquinerie, plusieurs formes juridiques sont concevables.

Vous avez le choix entre le statut d’auto entrepreneur, la SASU, l’EURL, la SAS ou la SARL.

Le statut d’auto entrepreneur comporte des obligations sociales et comptables simplifiées. Cependant, il possède un chiffre d’affaires limité.

Par contre, la SASU ou l’EURL sont adaptées à votre maroquinerie si vous êtes seul à ouvrir votre société. En effet, il n’y a qu’un seul associé.

Enfin, la SAS ou la SARL est, en revanche, sont les mieux indiquées si vous êtes plusieurs associés dans votre maroquinerie.

V/ Les diplômes requis

Vous avez été plongé dans le domaine de la maroquinerie depuis votre enfance dans votre entreprise familiale ? Dans ce cas, vous avez un riche savoir-faire dans le métier, et ce, sans posséder obligatoirement un diplôme spécifique. En principe, ouvrir une maroquinerie ne demande pas de diplômes. Cependant, vous pouvez quand même apprendre les détails du métier en suivant des formations spécifiques. À l’issue des formations, vous pouvez obtenir un CAP ou un bac pro en maroquinerie.

Pour mieux entreprendre, un diplôme en gestion est aussi un réel atout.

VI/ Indépendant ou franchise ?

Pour ouvrir une maroquinerie, vous avez deux options. Soit vous lancer en tant qu’indépendant, soit ouvrir en tant que franchise.

D’un côté, travailler en indépendance vous offre plus de liberté dans le choix des fournisseurs et des produits à vendre. Cependant, vous aurez beaucoup de concurrences. Ainsi, il vous faudra mettre en place des techniques efficaces pour gagner en visibilité.

D’un autre côté, avec une maroquinerie en franchise, vous pourrez tirer profit de la notoriété d’une grande marque. La recherche des clients ne sera pas difficile. Toutefois, vous devez suivre les directives de l’enseigne.

 

Avatar

Vania Ranaivoarisoa

Juriste diplômée en Master 2. Vania rédige sous la direction de Loïc Le Goas, Avocat et Président de Legalvision.

Articles recommandés