Création entreprise électricité : tout savoir sur son déroulement

création entreprise électricité

La création d’une entreprise d’électricité implique d’intervenir chez ses clients, particuliers ou professionnels afin d’effectuer des missions d’entretien, de rénovation ou d’installation de réseaux électriques intérieurs et extérieurs. A cet effet, ce professionnel va poser des fils, des câbles, des prises, des armoires et tableaux électriques. Également spécialiste du bâtiment, l’électricien doit posséder les compétences logistiques et techniques nécessaires pour ses prestations soit en courant faible, soit en courant fort. Actuellement, le marché de l’électricité est encore très atomisé en France. En effet, on compte aujourd’hui plus de 60 000 électriciens dans le pays. Mais, la création entreprise électricité n’est pas tâche facile. En effet, il faut réaliser plusieurs formalités juridiques et administratives. Entre les formations à suivre, l’établissement d’un business plan, le choix du statut juridique, et l’immatriculation, notre blog vous donne tous les détails sur ces différentes étapes.

Dans cet article, LegalVision met à votre service son expertise juridique pour vous aider à tout comprendre sur ce sujet. Vous trouverez ci-dessous un résumé des points essentiels à retenir :

I/ Création d’une entreprise d’électricité, quelles sont les qualifications nécessaires ?
II/ Les différentes étapes de la création
III/ Les règles d’exercice du métier

I/ Création d’une entreprise d’électricité, quelles sont les qualifications nécessaires ?

Toute personne qui souhaite devenir électricien doit posséder les qualifications professionnelles nécessaires.

A) Création entreprise électricité : les diplômes et qualifications requises

Pour accéder au métier, il faut détenir l’un des diplômes suivants :

  • Le BEP ou un diplôme de la même équivalence ou supérieure spécialisé dans le domaine de l’électricité ;
  • Le CAP.

Toutefois, sans diplôme, il est possible de s’installer à son compte en tant que professionnel si l’on justifie d’une expérience de 3 ans au moins en tant qu’électricien.

Enfin, il faut également souligner que si plusieurs associés souhaitent créer une entreprise d’électricité, il faut au moins que l’un d’eux détienne la qualification professionnelle requise. De plus, celui-ci doit aussi être toujours présent dans le lieu d’activité de la société.

B) Création entreprise électricité : le stage de préparation à l’installation

En tant qu’artisan, l’électricien indépendant doit s’inscrire au répertoire des métiers. Aussi, il doit effectuer ce que l’on appelle une SPI ou un stage de préparation à l’installation. En effet, ce stage a pour objectif de sensibiliser les artisans à la fonction de chef d’entreprise. Enfin, ce dernier est payant et obligatoire. Il coûte 200 euros et dure 5 jours.

II/ Les différentes étapes de la création

La création entreprise électricité ne se fait pas à l’aveugle. A cet effet, il faut bien étudier le domaine et prévoir des objectifs et à réaliser.

A) Création entreprise électricité : établir un business plan

Comme toute création d’entreprise, monter une société d’électricité commence par la réalisation d’un business plan. Ce dernier a pour but :

  • D’établir la pertinence du projet et de le valider par rapport aux attentes de la clientèle dans la zone de chalandise ;
  • De mettre en place un prévisionnel financier ;
  • D’anticiper les besoins en locaux, en véhicules et en matériels nécessaires pour démarrer l’activité ;
  • De choisir la forme juridique la plus adaptée à son entreprise ;
  • De fixer les tarifs.

B) Création entreprise électricité : choisir un statut juridique

Le choix du statut juridique revêt une importance particulière. En effet, cela influe sur le patrimoine professionnel de l’entrepreneur et la situation fiscale de son entreprise.

1 – Création entreprise électricité : les formes individuelles

Pour les entrepreneurs qui souhaitent démarrer leur activité seul, trois formes juridiques sont possibles :

  • Le statut d’auto entrepreneur

Monter son entreprise en tant qu’auto-entrepreneur est intéressant en raison de la simplicité de la procédure. Toutefois, dans cette forme juridique, le chiffre d’affaires de l’entreprise est plafonné. Pendant le lancement de l’activité, ceci ne pose pas véritablement de soucis. Cependant, au fil du temps, cela peut entraver le développement de l’entreprise.

  • La SASU

En choisissant cette forme juridique, l’entrepreneur devient salarié de sa propre entreprise. Ainsi, il établit lui-même sa rémunération. A cet effet, il bénéficie de tous les avantages assimilés à un salarié (sécurité sociale, allocation chômage,…).

  • L’ EURL

Le statut de l’EURL permet surtout de protéger le patrimoine personnel de l’entrepreneur dans la mesure où celui-ci est distinct de son patrimoine professionnel.

2 – Création entreprise électricité : les formes sociales

S’il existe plusieurs membres fondateurs du projet de création entreprise électricité, il faudra choisir la forme sociale. Dans ce cas, la SAS et la SARL sont les formes juridiques les plus adaptées.

  • La SAS

Cette forme juridique est conseillée aux entreprises prévoyant une importante croissance et possédant plusieurs salariés. Les règles de fonctionnement de la société sont régies par les statuts. D’ailleurs, ces derniers peuvent  être complétés par un pacte d’actionnaire possédant une importante valeur juridique. Ce pacte aura pour rôle de définir les fonctions de chaque associés afin d’éviter les éventuels différends.

  • La SARL

La SARL est adapté aux société avec peu d’associés. Elle est surtout intéressante  dans la mesure où l’associé dirigeant possède le statut de travailleur non salarié. En tant que TNS, il sera exempté des charges sociales. Ainsi, sa rémunération sera plus avantageuse.

C) Remplir les obligations légales

En plus du choix du statut juridique et de la réalisation d’un business plan, l’entrepreneur doit remplir plusieurs formalités avant de prétendre créer une entreprise d’électricité.

A cet effet, il doit :

  • S’immatriculer auprès du CFE (Centre des Formalités des Entreprises) de la chambre des Métiers et de l’Artisanat, si sa structure compte moins de 10 salariés. Dans le cas contraire, l’immatriculation devra se faire au CFE de la Chambre du Commerce et d’Industrie.
  • Suivre le stage de préparation à l’installation ;
  • Se tenir au courant de l’ évolution la norme en vigueur concernant les professionnels de l’électricité.

III/ Les règles d’exercice du métier

Tout électricien professionnel doit, dans l’exercice de leur métier respecter les normes et réglementations en vigueur. Parmi elles, on retrouve la réglementation RT 2012 et la norme NF C 15-100. Ces normes en matière d’électricité changent constamment. Ainsi, il faut toujours rester informé.

Aussi, préalablement à l’ouverture d’un chantier, l’électricien doit impérativement remettre à ses clients une attestation de garantie décennale. Dans ce document doivent figurer :

  • L’assurance souscrite par l’électricien ;
  • Les informations et coordonnées du garant/assureur ;
  • La zone géographique couverte par la garantie ou le contrat.

 

Avatar

Vania Ranaivoarisoa

Juriste diplômée en Master 2. Vania rédige sous la direction de Loïc Le Goas, Avocat et Président de Legalvision.

Recommended Articles