Ouvrir un fast-food : les conseils pour réussir

ouvrir un fast-food

Vous projetez d’ ouvrir un fast-food , sachez que c’est un secteur d’activité dynamique et  extrêmement concurrentiel. Nous avons voulu vous informer de tous les éléments à  prendre en compte afin de vous faire une place dans ce monde de la restauration rapide.

Dans cet article,  LegalVision met à votre service son expertise juridique pour vous aider à tout comprendre sur ce sujet. Vous trouverez ci-dessous un résumé des points essentiels à retenir :

I/ Les informations pratiques à savoir avant d’ouvrir son fast-food
II/ Les détails d’un business plan d’une restauration rapide
III/ Les démarches administratives et le choix de la forme juridique

I/ Informations pratiques à savoir avant d’ouvrir son fast-food

Comme pour toute affaire, il faut se préparer pratiquement avant d’entamer la phase réalisation. Quelle connaissance faut-il acquérir ? Où placer son fast-food et comment l’aménager ?

A) Les  compétences à avoir  pour ouvrir un fast-food

Il est possible d’ouvrir un restaurant rapide sans diplômes ni expérience. Cependant, ouvrir son fast-food, c’est  ouvrir une société. Dans ce cas, il est important d’avoir des bases en comptabilité, en gestion et en management.

De plus, une  formation sur l’hygiène alimentaire pour ouvrir un fast-food est requise. Pour ce faire, vous pouvez par exemple effectuer un stage en immersion chez un restaurateur dans la même thématique que votre projet.

B) Le concept du fast-food

Avant d’ouvrir votre fast-food, il faut savoir où vous allez, vers quel type de restauration vous voulez vous tourner, par exemple ouvrir un bar à salade ou ouvrir un kebab.  Ainsi, il est important de réfléchir à une identité culinaire bien précise. Vous allez faire le choix des produits frais ou  des produits surgelés.

Si vous avez toutefois du mal à déterminer un concept pour votre fast­-food, vous pouvez faire appel à un consultant culinaire qui a pour but  de vous aider dans la création d’un concept original, qui vous ressemble.

C)  Le choix  de l’emplacement  du local

Le choix de l’emplacement de rêve pour accueillir votre fast-food doit prendre en compte  l’importance de la concurrence,  la zone de chalandise et de l’attractivité du secteur. Selon votre budget, vous pouvez choisir les zones de premier choix ou des zones de second choix.

Pour ce dernier cas, ce sera une opportunité d’économiser  sur le loyer. Mais un plan de communication bien ficelée et de plats biens goûteux doivent pallier la faille géographique.

D) Les aménagements du fast-food

Qu’il s’agisse d’un restaurant ou d’une franchise fast-food, l’aménagement ne se limite pas à poser des tables et des chaises. L’aménagement  doit être réfléchi, étudié dans sa globalité : de la salle à la cuisine.

Le choix des couleurs et des matériaux vont avoir une incidence sur l’ambiance générale de votre fast-food. Le recours aux services d’un designer peut être une solution si le budget le permet. Mais vous pouvez aussi vous inspirer sur internet pour établir votre propre moodboard, ainsi que votre identité visuelle.

II/ Détails sur le business plan en restauration rapide

Vous savez maintenant comment vous allez faire pour vous démarquer de la concurrence, il ne reste plus qu’à le budgétiser.

A) Faire une étude de marché

L’étude de marché  va déterminer la viabilité de votre projet : le concept, l’emplacement, le nom du fast-food, etc . L’étude de marché dépend de votre spécialisation, par exemple pour choisir l’emplacement d’un food-truck ou choisir le système de restauration pour consommer sur place.

B) Évaluation du budget nécessaire

Le business plan prend en compte de nombreux éléments comptables comme les investissements et leurs amortissements, le coût du loyer, les charges de personnel, etc… Pour couvrir les charges, le business plan doit déterminer le minimum d’entrée d’argent pour couvrir les charges. Il faut aussi prendre en compte pour évaluer vos coûts le plus précisément possible :

  • la TVA en restauration;
  • un compte ou bilan de résultat prévisionnel ;
  • des données basées sur l’étude de marché ;
  • des données relatives à la société, statut juridique.

Les  principaux investissements pour ouvrir un fast-food  concerne l’ameublement et la décoration, la transformation du local pour permettre aux clients de manger sur place ou à emporter.

Enfin, le matériel de cuisine comme le  réfrigérateur, congélateur et couverts  constitue aussi un budget important.

III/ Les démarches administratives et le choix de la forme juridique

A) Les principales démarches administratives

Pour ouvrir un fast-food, il y a un certain nombre de formalités administratives obligatoire à respecter.  Il y a :

  • les formalités d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés (RCS) ou à la chambre des commerces ou des métiers ;
  • la rédaction des statuts et la publication dans un journal d’annonce légale ;
  • la rédaction d’un contrat de bail commercial.

L’immatriculation ainsi que le dépôt des statuts sont à effectuer auprès du centre de formalités des entreprises (CFE) du lieu où souhaiter ouvrir le restaurant.

Les services d’un expert-comptable sont conseiller pour ouvrir un restaurant. Il effectuera la suivie des démarches.

B) Choisir le bon statut juridique pour son fast-food

Le choix du statut juridique est l’étape qui concrétise réellement votre projet de création d’entreprises de fast-food.

Tout d’abord, il y a la  SARL (société à responsabilité limitée)  qui se compose  de deux associés au minimum. L’avantage est de limiter la responsabilité au montant de votre apport et de scinder le patrimoine du restaurant et votre patrimoine personnel. Au niveau fiscal, les bénéfices du fast-food sont soumis à l’imposition sur les sociétés. Si vous ouvrez un fast-food avec plusieurs associés, optez pour la SARL ou la SAS. Ces formes sociales sont les plus utilisées

Mais si vous souhaitez ouvrir et gérer un restaurant tout seul, l’entreprise individuelle va unir biens professionnels et vos biens personnels au sein d’un seul et unique patrimoine. Ainsi, les créanciers auront le droit de saisir  un bien personnel comme les meubles ou une voiture.

C) La particularité du statut d’auto-entrepreneur

Si ouvrir un restaurant peut sembler compliqué aux vues du nombre d’autorisations ou des  règles d’hygiène ou de sécurité́ à respecter,  le statut simplifié d’auto-entrepreneur ou de micro entreprise est la solution.

Bien que ce statut soit moins judicieux sur le long terme, c’est  une belle occasion de tester une activité. Choisir le statut d’auto-entrepreneur est simple et rapide,  s’inscrire au centre de formalités des entreprises est suffisant. Un numéro Siret est obtenu après les démarches.

Au niveau fiscal, les seuils classiques de franchise à la TVA est d’environ 80.000 euros.

À noter que par rapport aux démarches, il est primordial obtenir le permis d’exploitation pour servir des boissons à sa clientèle pendant les repas. Pour cela, il est obligatoire de suivre une formation payante. Cette licence de débit de boissons est un bon moyen de faire un bon chiffre d’affaires pour la restauration rapide.

 

Vous avez maintenant tous les informations en main pour ouvrir un fast-food. N’hésitez pas à nous poser vos questions en commentaire. Les experts de LégalVision se feront un plaisir de vous répondre.

Louise Paquet

Louise Paquet

Titulaire d'un Master I, louise est passionnée par la sociologie juridique. Elle s’intéresse particulièrement à l'évolution du legaltech. Atia rédige sous la direction de Loïc Le Goas, Avocat et Président de Legalvision.

Recommended Articles