Créer une entreprise d’aide administrative : le guide complet

aides de l'Etat durant la crise sanitaire

Vous souhaitez créer une entreprise d’aide administrative ? L’aide administrative pour une entreprise peut prendre la forme d’une association avec un prestataire externe. Certaines TPE-PME ont des ressources financières ciblées. Une administration externalisée (ou télésecrétariat) est une voie possible, comme le recours à l’intérim ou aux contrats en CDD.

L’assistante administrative à domicile a pour but d’aider un particulier, généralement une personne âgée, à gérer l’ensemble des documents de la vie quotidienne : courriers, factures, démarches administratives etc. Il s’agit donc d’une véritable secrétaire personnelle à domicile.

Créer une entreprise d’aide administrative ?

Dans cet article, LegalVision met à votre service son expertise juridique pour vous aider à tout comprendre sur ce sujet. Vous trouverez ci-dessous un résumé des points essentiels à retenir :

I/ Les compétences requises

L’aide administrative nécessite des qualités d’écoute et de concentration afin de faciliter les échanges en faisant preuve de respect et de confidentialité.

Sont également nécessaire des aptitudes rédactionnelles et comptables, être structurée et organisée, se montrer capable de rédiger un document en restant fidèle aux besoins et aux exigences exprimés par le particulier ou l’entreprise.

Enfin, ce métier exige patience, pédagogie et polyvalence afin d’expliquer à la personne aidée le travail réalisé.

II/ Les services à proposer

L’aide administrative cible plusieurs services :

  • lecture et compréhension des documents ;
  • explication du contenu des documents et prise de décision avec la personne aidée sur la manière de la traiter ;
  • rédaction et expédition de courriers et de documents administratifs, personnels ou comptables ;
  • communication ;
  • gestion de devis, commande et personnel ;
  • classement des documents ;
  • rédaction de notes.

L’aide administrative à domicile consiste également en une prestation de conseils pour la gestion de dossiers relevant de la vie quotidienne comme la santé, la retraite, la tenue du budget, les assurances, les impôts… ainsi que la gestion documentaire nécessitant de réaliser un tri, un rangement, ou l’archivage de documents au domicile.

Enfin, la secrétaire personnelle peut assurer un rôle d’intermédiaire, notamment au téléphone, pour établir un contact ou maintenir un lien, avec des interlocuteurs variés.

III/ Les formalités de création de l’entreprise

A) Créer une entreprise d’aide administrative : le choix du statut juridique

De nombreuses possibilités existent pour le choix du statut juridique. Pour créer une entreprise d’aide administrative, le statut d’auto-entrepreneur (ou encore micro entrepreneur) est sans aucuns doutes le meilleur. En effet, il comporte plusieurs avantages. Premièrement, ce statut bénéficie d’un statut simplifié sans aucun frais de constitution. De plus, le capital personnel est protégé. Enfin, vous bénéficierez d’une couverture sociale complète et d’un allègement fiscal.

B) Créer une entreprise d’aide administrative : la procédure à suivre

Toute personne peut devenir micro-entrepreneur, que ce soit à titre principal ou à titre complémentaire. Cette activité doit être exercée sous forme d’entreprise individuelle et relever pour l’assurance vieillesse du Régime social des indépendants (RSI), devenu la Sécurité sociale des indépendants le 1er janvier 2018. Pour bénéficier de ce statut, l’entreprise individuelle doit cependant respecter certains seuils de chiffre d’affaires. En effet, le chiffre d’affaire ne peut excéder 70 000 euros pour les prestations de services relevant de la catégorie des BIC et les professions libérales relevant de la catégorie des bénéfices non commerciaux (BNC).

Si vous avez des questions sur le coût des formalités de création d’entreprise, vous pouvez consulter notre article dédié en cliquant ici.

1. Créer une entreprise d’aide administrative : la déclaration

Pour devenir auto-entrepreneur et déclarer votre activité auprès de votre Centre de Formalités des Entreprises (CFE), vous devrez tout d’abord effectuer une déclaration de début d’activité.Ainsi, chaque auto-entrepreneur devra fournir :

  • une copie de sa piece d’identité
  • le formulaire  » P0 Micro-Entrepreneur » qui comporte plusieurs parties : activités exercées, i nformations civiles, lieu d’exercice (choix de la domiciliation), option choisie pour le versement des cotisations …

Ce formulaire de déclaration de début d’activité (également appelé Cerfa P0) se remplira automatiquement en effectuant votre inscription en ligne.

Enfin, une fois votre dossier constitué, il sera transmis au Centre de Formalités des Entreprises (CFE) dont dépend votre activité.

2. Créer une entreprise d’aide administrative : imposition

Au moment de votre inscription, vous devrez faire le choix entre deux systèmes d’imposition sur le revenu. En effet, vous pourrez opter soit pour l’imposition classique, soit pour le versement fiscal libératoire. Ainsi, prenez le temps de bien réfléchir pour faire le choix le plus avantageux pour vous.

3. Créer une entreprise d’aide administrative : l’immatriculation

Depuis décembre 2014, tous les auto-entrepreneurs exerçant une activité commerciale doivent s’immatriculer au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS). Pour ce faire, vous devrez fournir les pièces suivantes au CFE de la CCI dont vous dépendez :

  • un justificatif de domicile
  • une déclaration sur l’honneur de non condamnation certifiant que vous n’avez fait l’objet d’aucune condamnation pénale, ni de sanction civile ou administrative de nature à vous interdire de gérer, d’administrer ou d’exercer une activité commerciale.

Comme pour les artisans, l’immatriculation est gratuite mais là aussi vous serez redevable d’une taxe pour frais de chambre consulaire. De la même façon, cette dernière sera prélevée en même temps que les cotisations sociales dont vous vous acquittez mensuellement ou trimestriellement.

Vous avez effectué toutes les démarches nécessaires et êtes désormais auto-entrepreneur ? Félicitations ! Toutefois, qui dit nouveau statut, dit nouvelles obligations.  En effet, vous devrez déclarer le chiffre d’affaire de votre auto-entreprise ainsi que respecter les seuils. Le dépassement des seuils entraîne des conséquences au niveau fiscal et social.

Bon à savoir : la loi PACTE (plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) promulguée le 22 mai 2019 a supprimé l’obligation pour les artisans créateurs d’entreprise (qu’ils soient micro-entrepreneurs ou non), de suivre le stage de préparation à l’installation (SPI). Ils peuvent désormais débuter leur activité sans passer par cette formalité (le stage peut cependant être suivi sur la base du volontariat).

Vous souhaitez en savoir plus sur l’aide que LegalVision peut vous apporter au niveau de la création de votre entreprise ? On vous explique tout ici. Et quand vous vous sentirez prêt à sauter la pas, c’est ici que ça se passe !

William Leroy

William Leroy

William est juriste chez Legalvision, bénéficiant de la formation d'un double diplôme en droit des affaires et en école de commerce, il a un fort attrait pour le droit des sociétés.

Recommended Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *