Pourquoi la micro-entreprise n’est pas toujours le statut idéal pour les freelances ?

micro-entreprise


Super-freelance, notre partenaire, vous expose dans cet article les raisons pour lesquelles un freelance souhaiterait passer de micro-entreprise à société !

Il y a quelques semaines, je rejoignais l’une de mes camarades freelances dans un café. Elle approchait du plafond de chiffres d’affaires de la micro-entreprise, et me demandait de l’aider à prendre sa décision : rester en micro-entreprise ou créer une société.

Lorsque je me suis lancée en 2015, le plafond était à 32 000€, alors la question de “passer en société” s’imposait davantage.

Aujourd’hui, le plafond est beaucoup plus élevé, et on peut donc rester au statut de micro-entreprise, tout en maintenant une activité qui nous rémunère correctement.

Pourtant… si la micro-entreprise est un super moyen de démarrer une activité sans risque et sans coût, elle n’est pas toujours la formule la plus rentable ou efficace, sur la durée.

Et finalement, en cours de route, on devient assujetti à la TVA, ce statut n’est donc plus si léger administrativement !

Même si on n’atteint pas encore le plafond, plusieurs raisons peuvent donc nous pousser à créer une société.

I/ Objectif de réduction des dépenses
II/ Obtenir une image plus sérieuse auprès de la clientèle
III/ Une meilleure protection sociale
IV/ La possibilité de sous-traiter 
V/La possibilité d’embaucher et de s’associer 

I/ Objectif de réduction des dépenses

On a des dépenses et on voudrait pouvoir les déduire

C’est l’un des inconvénients principaux de la micro-entreprise : les cotisations se payent en fonction du chiffre d’affaires, et aucune charge n’est déductible.

En société, le fonctionnement est différent : on cotise selon la rémunération que l’on se verse, et donc le montant que l’on dépense pour faire fonctionner notre activité (les abonnements téléphoniques, les outils de travail, le matériel, la location de bureaux, les déplacements, les prestataires, etc…) ou bien notre mutuelle, ne sont pas taxés.

II/ Obtenir une image plus sérieuse auprès de la clientèle

Une image plus sérieuse auprès des clients

Le micro-entrepreneur (ou auto-entrepreneur, comme on l’appelle encore souvent), est fréquemment perçu comme un amateur ou un débutant.

Lorsque vous avez une société, l’image plus professionnelle que vous dégagez vous permet d’avoir une relation plus équilibrée avec vos clients, d’égal à égal.

III/ Une meilleure protection sociale

Une meilleure protection sociale 

Les différents statuts utilisés par les indépendants ne sont pas réputés pour leur protection sociale. En tant que TNS (Travailleurs Non Salariés), nous ne cotisons pas pour le chômage, nous cotisons pour la retraite mais nous aurons peu de droits.

En choisissant de créer une SASU, vous pourrez être considéré comme salarié et bénéficier d’une protection sociale de salarié.

Ce choix a bien sûr un coût, avec des cotisations très élevées, mais il permet plus de sécurité. En outre, disposer de fiches de paie peut vous aider à louer ou acheter un logement plus facilement.

IV/ La possibilité de sous-traiter

Pouvoir sous-traiter

Plusieurs fois, depuis que je suis en société, j’ai été amenée à sous-traiter des travaux.

Soit parce que mon activité était très intense temporairement et que j’avais besoin de déléguer une partie du travail à quelqu’un de confiance, soit parce que le client avait besoin d’un service pour lequel je n’avais pas les compétences.

En micro-entreprise, les honoraires que l’on paye à un sous-traitant ne sont pas déductibles. C’est donc très coûteux de sous-traiter quoi que ce soit sur ce statut, alors qu’il est beaucoup plus intéressant de le faire en société.

Super-freelance a d’ailleurs publié une vidéo sur le sujet sur sa chaîne YouTube. Cliquez-ici pour la visionner !

V/La possibilité d’embaucher et de s’associer

Pouvoir embaucher

Si votre activité se développe, vous allez peut-être vouloir aller plus loin que la sous-traitance, et carrément embaucher quelqu’un !
La micro-entreprise n’est pas adaptée à ça !

Et bien sûr, la société l’est davantage.

Pouvoir s’associer

La micro-entreprise étant un dispositif en nom propre, vous êtes obligé d’être seul aux commandes.

Certains freelances arrivent à travailler en binôme avec l’un de leurs camarades, mais chacun doit avoir une relation administrative avec le client et doit facturer “sa partie”.

Ce n’est évidemment pas idéal !

En société, on peut plus facilement “facturer pour deux” et reverser ensuite sa part à notre camarade freelance. C’est beaucoup plus simple pour le client.

Finalement, vouloir rester à tout prix en micro-entreprise va vous freiner et vous limiter dans vos ambitions.

Vous allez vous dire “non je ne peux pas prendre ce client supplémentaire sinon je vais dépasser le plafond” ou “non je ne peux pas grossir car il faudrait que je puisse déléguer une partie de mon travail”.

La micro-entreprise, c’est donc un choix évident au démarrage pour son côté simple et pas cher. Mais dès que votre “phase de test” est terminée et que vous êtes prêt à vous engager sur le long-terme, je vous recommande vivement de réfléchir à passer à un statut plus “sérieux”.

Pour ça, l’équipe de LegalVision saura vous aider à définir le statut qui correspond le mieux à votre situation.

J’espère bientôt vous retrouver sur mon blog avec des conseils pour vous épanouir dans votre activité de freelance !

Cet article vous a convaincu ? Venez créer votre société avec LegalVision !

Équipe LegalVision

Équipe LegalVision

LegalVision permet aux dirigeants de TPE/PME d'effectuer leur formalités juridiques très facilement, rapidement, et à moindre coût. Vous trouverez sous ce compte des articles rédigés par nos collaborateurs et nos partenaires.

Recommended Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *