Ouvrir un magasin de bijoux fantaisie : tout savoir avec LegalVision

Les bijoux fantaisie sont devenus des accessoires devenus indispensables pour les femmes. Leur prix accessible et leur charme séduisent de nombreuses consommatrices qui n’hésitent pas à en acheter plusieurs pour les faire assortir à leurs tenues. Ouvrir un magasin de bijoux fantaisie est donc une affaire porteuse mais concrétiser un tel projet n’est pas sans difficulté. En effet, ouvrir un magasin de bijoux fantaisie demande la réalisation de plusieurs étapes : étude de marché, business plan, démarches administratives…

Dans cet article, LegalVision vous explique tout ce que vous devez savoir sur l’ouverture d’un magasin de bijoux fantaisie.

Sommaire

I/ Comment devenir bijoutier ?
II/ Ouvrir un magasin de bijoux fantaisie : les prérequis
III/ Ouvrir un magasin de bijoux fantaisie : les démarches à réaliser
IV/ Ouvrir un magasin de bijoux fantaisie : les clés de la réussite

I/ Comment devenir bijoutier ?

L’activité de bijoutier est accessible à tous. En effet, elle n’est pas réglementée. Toutefois, en fonction de l’activité exercée, des compétences particulières peuvent être demandées.

Si la personne exerce une activité purement commerciale, c’est-à-dire, qu’elle se limite à acheter des bijoux pour les revendre, elle n’a pas besoin de diplôme.

Par contre, si la personne vend des bijoux qu’elle a elle-même créés ou personnalisés, ou si elle propose des services de réparation alors, il s’agit d’une activité artisanale. Dans ce cas, posséder un diplôme en joaillerie, que ce soit un CAP ou un BTS est un grand avantage.

II/ Ouvrir un magasin de bijoux fantaisie : les prérequis

Avant d’ouvrir un magasin de bijoux fantaisie, il est nécessaire de comprendre le secteur en question ainsi que ses enjeux. Pour cela, il faut tout d’abord commencer par étudier le marché. Ensuite, il est nécessaire d’étudier la viabilité du projet à partir du business plan. Reste enfin à bien choisir son emplacement et ses produits.

A) L’étude de marché

Faire une étude de marché permet d’approuver l’existence d’une opportunité de faire des bénéfices commerciaux sur une zone déterminée. Pour ce faire, plusieurs étapes doivent être réalisées.

Tout d’abord, il faut étudier les tendances du marché. Cela permettra de déterminer le type de produits les plus porteurs.

Ensuite, il est nécessaire de connaître sa clientèle cible. Pour cela, il faut étudier leur comportement d’achat et comprendre leurs attentes par rapport aux prix et aux produits.

Puis, il faut analyser le niveau de demande et étudier les offres qui sont déjà sur la zone d’implantation.

Enfin, il faudra procéder à une analyse de la concurrence directe ou indirecte : grandes surfaces, sites de vente en ligne…

B) Le business plan

Une fois les éléments de l’étude de marché recueillis, il faudra les reprendre dans le business plan. Indispensable lors de la création d’entreprise, ce document permet d’évaluer la viabilité du projet. De plus, bien argumenté et chiffré, il permettra à l’entrepreneur d’obtenir plus facilement des financements auprès des établissements de crédit et des investisseurs. Le business plan a pour objectif :

  • d’expliquer le projet de manière claire ;
  • de déterminer la stratégie choisie par l’entreprise ainsi que ses besoins financiers ;
  • de convaincre les établissements de crédit ;
  • d’éclairer le futur fonctionnement de la société ;
  • d’anticiper les différentes hypothèses et difficultés pouvant se présenter.

C) Le choix de l’emplacement

La réussite d’un commerce dépend en grande partie de son emplacement. Pour cela, plusieurs critères sont à prendre en considération. Notamment, l’accessibilité des lieux, la visibilité de l’enseigne, la surface d’exploitation, la concurrence présente, le prix du loyer ainsi que les modalités de bail.

Ce choix dépendra également des produits mis en vente. S’agissant d’un magasin de bijoux fantaisie, une rue commerçante ou un centre commercial sont des emplacements idéals. Par contre, pour ce qui est des bijoux de luxe, mieux vaut s’installer dans une rue commerçante ou une rue résidentielles d’une grande ville.

D) La détermination des besoins nécessaires pour lancer son activité

Après avoir effectué l’étude de marché, établi un business plan et choisi l’emplacement adéquat, il faut penser à lister les besoins nécessaires à l’ouverture de son magasin de bijoux fantaisie. Parmi les besoins principaux figurent le personnel et le matériel.

1. La nécessité de personnel

Ouvrir un magasin de bijoux fantaisie implique nécessairement d’engager du personnel. Les magasins qui proposent des services de réparations doivent également disposer d’artisans compétents pour garantir la qualité de leur service.

2. Un besoin en matériel

Mis à part les produits mis en vente, un magasin de bijouterie doit disposer d’une bonne infrastructure pour accueillir ses clients : présentoirs, comptoirs, caisses… Il faudra également penser à installer une belle décoration et du mobilier soigné. Par ailleurs, il faut aussi savoir qu’un magasin de bijouterie est soumis à d’importantes contraintes de sécurité. Ainsi, il faudra penser à installer un système de vidéosurveillance et d’alarmes.

III/ Ouvrir un magasin de bijoux fantaisie : les démarches à réaliser

Comme toute création d’entreprise, ouvrir un magasin de bijoux fantaisie implique le respect des plusieurs formalités juridiques et administratives. Parmi elles, on retrouve le choix de la forme juridique, l’immatriculation au Registre du Commerce et des Sociétés, et le cas échéant, au Registre des Métiers.

A) Le choix du statut juridique

Une personne qui souhaite ouvrir un magasin de bijoux fantaisie doit avoir un statut juridique. A partir du moment où ce dernier exerce son activité de manière régulière, il ne peut le faire en tant que simple particulier. La législation en vigueur lui permet de choisir entre plusieurs structures juridiques.

1. Le statut de l’auto-entrepreneur ou de l’entreprise individuelle

L’entrepreneur qui souhaite commencer son activité rapidement peut choisir le statut d’auto-entrepreneur ou de l’entreprise individuelle. En plus de bénéficier d’un régime social fiscal simplifié, ces deux régimes permettent également de créer une entreprise à moindre coût. Cependant, en optant pour l’une de ces deux structures, l’entrepreneur ne pourra pas protéger son patrimoine personnel. De plus, le chiffre d’affaires est limité. Ces critères qui peuvent donc être handicapants.

2. Le régime des sociétés

Pour une activité en croissance telle que la vente de bijoux, la forme sociétale est parfaitement adaptée. L’entrepreneur qui souhaite lancer seul son activité peut choisir le statut d’EURL ou de SASU. Par contre, s’il crée la bijouterie avec plusieurs associés, le statut de SARL et SAS sont les plus recommandés. Dans une SARL, les associés ne seront responsables financièrement qu’à hauteur de leurs apports. Il en est de même dans la SAS. La SAS est également intéressante dans la mesure où son fonctionnement est régi par les statuts. Les dirigeants ont donc plus de liberté dans la manière dont ils gèrent leur société.

B) L’immatriculation de la société

L’existence légale de la société passe par son immatriculation. Celle-ci est soumise à l’accomplissement de plusieurs formalités administratives. La plupart d’entre elles étant prises en charge par le Centre de Formalités des Entreprises (CFE).

1. L’immatriculation des entreprises individuelles

Tout d’abord, l’entrepreneur devra immatriculer son entreprise au Registre du Commerce et des Sociétés 1 un mois avant le début de son activité soit dans les 15 jours qui suivent celui-ci.

Bon à savoir : si l’entreprise propose des services de réparations, elle devra également s’immatriculer au Répertoire des Métiers.

2. L’immatriculation des sociétés

Si l’entrepreneur souhaite immatriculer une société, dans ce cas, en plus des formalités ci-dessus, il devra s’il fait un apport en numéraire déposer des fonds dans les 8 jours à la caisse de dépôt et consignation, auprès d’un établissement de crédit ou chez un notaire. Au cas où les associés effectueraient des apports en nature, il faudra nommer un commissaire aux apports.

Il faudra ensuite rédiger les statuts par acte sous seing privé ou notarié. La société devra publier un avis de sa constitution au JAL du ressort de son siège social.

Enfin, il faudra déposer son dossier auprès du RCS en y joignant une copie certifiée de sa carte d’identité, l’attestation de publication au JAL, le formulaire m0 complété et l’attestation de dépôt de fonds.

C) Quid des réglementations particulières ?

S’agissant d’un magasin de bijoux fantaisie, la loi ne prévoit aucune réglementation particulière. Cependant, il existe une réglementation en ce qui concerne la vente et la transformation de métaux précieux. Dans ce cas, la société doit effectuer une déclaration d’existence à la Direction Générale des Impôts, et plus précisément auprès du service de la garantie du lieu de son siège social.

Le gérant du magasin doit également détenir un « livre de police » dans lequel il devra inscrire les entrées et les sorties d’articles. Aucune transaction de platine ou d’or ne peut se faire entre deux professionnels de manière anonyme. Ce livre peut être

  • un cahier de comptabilité ;
  • un registre côté et paraphé à la mairie ou par un greffe ;
  • un logiciel non modifiable.

D) Création d’entreprise : comment obtenir une aide financière ?

Il existe plusieurs aides et subventions financières pouvant être mises à la disposition des entrepreneurs comme l’Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entrepreneurs (ACRE) qui permet à l’entrepreneur d’être exonéré partiellement ou totalement de charges sociales pendant 1 an.

Il existe également l’Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise (ARCE), le Nouvel Accompagnement pour la Création ou la Reprise d’Entreprise (NACRE)… N’hésitez pas à vous renseigner.

IV/ Ouvrir un magasin de bijoux fantaisie : les clés de la réussite

Des qualités spécifiques sont nécessaires pour briller dans le métier de vendeur de bijoux fantaisie. Etant une activité très plébiscitée, il faut savoir adopter les bonnes stratégies pour se distinguer de la concurrence.

A) Un bon plan marketing

Étape incontournable lors de la création d’entreprise, le plan marketing permet non seulement d’acquérir, mais aussi de fidéliser la clientèle. Les actions à mettre en œuvre sont fonction du positionnement et du concept du magasin. Pour un magasin de bijoux fantaisie, le street marketing tel que la distribution de flyers est une démarche assez intéressante. La clientèle cible étant le grand public, le magasin gagnera plus en visibilité en réalisant du marketing rapproché.

D’un autre côté, à l’ère du développement des nouvelles technologies, avoir un site vitrine ou proposer des ventes en ligne est très recommandé. Enfin, une bonne présence sur les réseaux sociaux est aussi de rigueur afin de communiquer directement avec les clientes.

B) La créativité et la persévérance

Pour se démarquer de la concurrence, il faut savoir être créatif. Pour cela, l’entrepreneur doit au préalable trouver son propre style. Ensuite, il doit oser proposer des bijoux originaux à ses clients. Au fur et à mesure de l’évolution de la tendance, il devra renouveler ses gammes sans perdre son style personnel. Cela permettra à l’entrepreneur de gagner en notoriété.

Par ailleurs, il faut savoir que la clientèle ne se constitue pas en quelques jours. Pour fidéliser les acheteurs, il faut être patient et persévérant. Il faut trouver les bons fournisseurs, adopter une bonne stratégie de communication, conseiller ses clients et surtout proposer des produits de qualité.

C) Ouvrir un magasin de bijoux fantaisies, en franchise ou en indépendant, que choisir ?

Après avoir défini le positionnement de son magasin, l’entrepreneur a le choix entre ouvrir un magasin de bijoux fantaisie franchisé ou en indépendant. Les 2 concepts ayant chacun leurs avantages et leurs inconvénients.

1. La franchise, pour profiter de la marque

Ouvrir un magasin de bijoux fantaisie en franchise est intéressant car cela permet de s’assurer de la notoriété de l’enseigne. Ceci est surtout valable si le magasin se trouve dans zone de chalandise où se situent déjà plusieurs bijouteries. De plus, le magasin n’aura pas à chercher des fournisseurs ni à démarcher avec eux. Enfin, le franchisé bénéficiera d’un accompagnement pour créer sa bijouterie.

2. Persévérer en tant qu’indépendant

Pour les créateurs de bijoux, il est recommandé d’ouvrir une bijouterie en indépendant. En effet, le contrat de franchise ne permet pas au franchisé de vendre les bijoux de sa création. La situation est donc handicapante pour ces artisans.

Créez votre société en ligne avec LegalVision !

6

Ecrire un commentaire