Terminal de paiement comment bien choisir ?

Accepter la carte bancaire pour les commerçants n’est plus réellement une option. Un magasin ou un restaurant qui refuserait la carte bancaire prendrait le risque de perdre des ventes et de donner une mauvaise image de son établissement à ses clients. Les Français paient de plus en plus par carte et ont de moins en moins d’espèces sur eux. Les commerçants ont donc l’obligation de s’équiper de terminaux de paiement leur permettant d’encaisser les différentes cartes de leurs clients.

I/ Comment s’équiper d’un terminal de paiement

Historiquement seules les banques équipaient les entreprises de terminaux de paiement et de « contrats monétiques » permettant d’accepter la carte. De nouveaux acteurs très performants commencent à concurrencer les grandes banques mais pour l’heure encore une très grande majorité des commerces sont équipés par les 5 grands acteurs historiques.

A) Le modèle traditionnel bancaire

Si vous avez un compte professionnel dans une grande banque française (BNP, Crédit Agricole, Crédit Mutuel …) votre conseiller peut vous accompagner sur votre équipement en « monétique ».

Vous devez signer avec lui (ou ses partenaires) 2 contrats importants.

1. Le contrat monétique (ou contrat commerçant)

Ce contrat signé avec la banque décrit les conditions dans lesquelles vous pouvez accepter les cartes bancaires :

  • le type de cartes acceptées (CB, Visa, Mastercard),
  • les règles de sécurité à appliquer,
  • la commission qui vous est facturée sur chacune des cartes.

En général, les banques vous fournissent plusieurs contrats. Un contrat pour les paiements contact (avec composition du PIN), un contrat pour les paiements sans-contact, un contrat pour les moyens de paiements privatifs (American Express, Union Pay etc)

Attention à bien lire les annexes qui peuvent comporter des coûts cachés.

2. Le contrat de location des terminaux

La banque (ou un partenaire) vous fournit les terminaux de paiement dont vous avez besoin. Cela peut être en fonction des cas des terminaux mobiles (3G) ou des terminaux fixes. Le modèle le plus classique est un contrat de location comprenant la maintenance des terminaux.

Attention ces contrats sont souvent accompagnés d’un engagement d’au moins 36 mois.

B) Les nouveaux acteurs modernes

Depuis quelques années de nouveaux acteurs proposent des alternatives modernes afin de permettre aux commerçants de s’équiper de terminaux de paiement sans passer par une banque.

Petit panorama des nouveaux acteurs qui séduisent les entreprises françaises et description des documents et formalités à produire.

1. SumUp pour les micro entreprises

Depuis 2015 de nouveaux acteurs modernes sont apparus avec des petits lecteurs mobiles associés à des offres très simples et très efficaces à destination des très petits commerçants. Les petites entreprises encaissant de faibles volumes ou de manière ponctuelle ont été séduites.

SumUp, iZettle ou Smile&Pay ont ainsi connu un succès impressionnant et ont équipé des milliers de petits commerçants de lecteurs de cartes mobiles associés à une offre simple.

Leur modèle est le suivant : vente d’un lecteur de cartes pour seulement quelques dizaines d’euros puis une offre sans aucun engagement ni abonnement pour le marchand qui paie « uniquement » une commission sur les encaissements. La commission en moyenne de 1,75% est beaucoup plus élevée que celle proposée par les banques mais la simplicité de l’offre a séduit de très nombreux petits entrepreneurs.

SumUp est le leader de cette catégorie avec son petit lecteur blanc.

2. BamPay pour les commerces plus établis

Les entreprises plus établies comme les restaurants ou les commerces de proximité se tournent désormais massivement vers la société BamPay. Une alternative moderne aux offres traditionnelles des banques. BamPay accompagne les commerçants en leur proposant des terminaux Ingenico dernière génération, des contrats de domiciliation avec des commissions ultra compétitives et toute une série d’applications et de services digitaux qui leur facilitent la vie. La solution s’intègre à l’ensemble des outils modernes déjà utilisés par les entreprises : logiciels de caisses, outils modernes de comptabilité, néo-banques. Le commerçant souscrit en ligne et obtient un terminal prêt à l’emploi dans la semaine. Les commerçants semblent apprécier cette approche digitale, la transparence des prix et le fait de ne plus être pieds et poings liés avec leur banque.

C) Quels sont les démarches pour obtenir un terminal auprès de SumUp ou BamPay ?

L’inscription se fait en ligne et les marchands sont invités à fournir un certain nombre d’éléments permettant d’identifier la société :

  • la raison sociale ainsi que le SIRET de l’entreprise ;
  • la pièce d’identité du gérant ;
  • l’extrait K-BIS (qui atteste de l’existence juridique de votre activité) ;
  • un justificatif de domicile de l’entreprise ;
  • un RIB de la société ;
  • des documents comptables ;
  • la liste des bénéficiaires effectifs et leurs pièces d’identité (actionnaires détenant chacune plus de 25% des parts de l’entreprise).

Ces établissements sont régulés en tant qu’établissements de paiement ou agents d’établissements de paiement.

Après la vérification des pièces, les comptes sont ensuite activés rapidement.

Comment choisir son fournisseur de terminaux de paiement ?

D’après le comparateur de solutions de paiement Entrepreneur Hero le calcul est assez simple.

Si vous avez des besoins ponctuels et encaissez moins de 1 500€ de CB par mois tournez-vous vers les petits lecteurs SumUp ou IZettle. Si votre volume d’encaissement est plus important alors dirigez vous vers votre banque ou vers des acteurs modernes comme BamPay.

4

Ecrire un commentaire