Comment devenir coiffeuse à domicile ?

En termes d’investissement, se mettre à son compte à domicile en tant que coiffeuse se révèle beaucoup plus avantageux que d’ouvrir un salon de coiffure. Néanmoins, devenir coiffeur à domicile nécessite d’accomplir certaines démarches. De même, comme il s’agit d’une profession réglementée, il faut se conformer aux conditions d’exercice. Et ce, que vous choisissiez de créer une société ou de vous soumettre au régime de la microentreprise. Découvrez sans plus attendre dans cette rubrique tout ce qu’il convient de savoir sur le métier de coiffeuse à domicile!

I/ En quoi consiste le métier de coiffeur ou coiffeuse à domicile ?

La coiffure à domicile est une activité qui a aujourd’hui le vent en poupe. En effet, pour des raisons pratiques et économiques, de plus en plus de particuliers sollicitent les services d’un coiffeur ou d’une coiffeuse à domicile. D’ailleurs, ce professionnel a une clientèle variée : enfants, femmes et/ou hommes, seniors, personnes à mobilité réduite… Quant à ses prestations, elles sont généralement semblables à celles proposées en salon de coiffure :

  • Soins hygiéniques et esthétiques des cheveux (naturels ou artificiels) : coupe, coloration, coiffage, extension, etc.
  • Vente de produits capillaires comme les shampoings, produits de soin, huiles de coiffage, etc.

Comme c’est une activité « nomade », la coiffure à domicile implique des déplacements auprès des clients. Cela, n’importe où : à leur domicile, sur leur lieu de vacances ou de travail, dans des établissements collectifs (maisons de retraite, centres de rééducation…). De ce fait, un coiffeur domicile doit privilégier un matériel peu encombrant et facile à transporter. Dans la même optique, il doit se délimiter à une certaine zone géographique (en général proche de son logement) et inclure des frais de déplacement dans ses services.

Bon à savoir

Certaines prestations ne peuvent en aucune façon être considérées comme de la coiffure à domicile. C’est le cas s’agissant des prestations effectuées :

  • Dans un véhicule itinérant de type camion ou minibus aménagé,
  • Dans un local aménagé et utilisé sur le long terme.

II/ Les qualités requises pour devenir coiffeur à domicile

S’installer à son compte en tant que coiffeur ou coiffeuse à domicile demande bien évidemment de maîtriser les techniques de base en la matière. Il faut aussi savoir bien utiliser les outils et les produits de coiffage. Mais, cette démarche requiert également de connaître son marché, surtout en ce qui concerne les dernières tendances. Pour fidéliser sa clientèle, il importe en plus d’avoir un bon sens relationnel et être créatif.

Et ce n’est pas tout ! Être coiffeuse ou coiffeur domicile implique aussi d’avoir les qualités essentielles suivantes :

  • Être attentif et à l’écoute de ses clients
  • Leur apporter de bons conseils
  • Faire preuve de professionnalisme en fournissant un service de qualité
  • Avoir une présentation irréprochable et être respectueux
  • Disponibilité et réactivité
  • Disposer d’une bonne résistance physique, notamment pour faire face à la fatigue

III/ Emploi coiffure à domicile : les impératifs

1. L’importance d’une formation 

La coiffure relève du secteur artisanal. Dès lors, vous devez justifier d’un diplôme ou d’une qualification professionnelle pour pouvoir exercer votre métier de coiffeuse à domicile. Par conséquent, un CAP « Coiffure » s’avère indispensable. Sinon, un diplôme ou un titre de niveau équivalent ou supérieur fera l’affaire. Par exemple, un brevet professionnel ou un brevet de maîtrise de « Coiffure ». À défaut, il est impératif de justifier d’une expérience professionnelle en coiffure d’au moins 3 ans en tant que professionnel indépendant ou salarié.

2. Coiffeuse à domicile : l’importance de la carte d’artisan ambulant

Pour devenir coiffeur à domicile, il est crucial d’être titulaire d’une carte d’artisan ambulant. De fait, comme mentionné plus haut, l’exercice de cette activité artisanale implique des déplacements. Ainsi, pour obtenir cette carte, il convient d’en faire la demande auprès de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA) dont vous dépendez. Cette formalité vous coûtera en tout cas 15 €. Renouvelable tous les 4 ans, cette carte est en principe délivrée dans un délai d’un mois à compter de la date de soumission de la demande. Un certificat provisoire vous sera en outre immédiatement fourni pour vous permettre de démarrer votre activité sans attendre la carte définitive.

À noter que si votre zone géographique se limite exclusivement à la commune de votre domicile, vous n’avez en aucune manière besoin d’une carte d’artisan ambulant.

3. Les assurances à souscrire pour son métier de coiffeuse à domicile

Comme toute activité professionnelle, la coiffure à domicile n’est pas sans risques. Des accidents peuvent parfaitement bien survenir lors de l’exercice de votre profession de coiffeur domicile. C’est pourquoi il est primordial de souscrire certaines assurances. Votre police d’assurance doit ainsi comporter généralement :

  • une assurance responsabilité civile professionnelle (RC Pro) pour couvrir les risques relatifs à votre activité (dommages matériels et corporels) ;
  • une assurance pour votre véhicule pour couvrir les risques pouvant intervenir lors de vos déplacements professionnels chez les clients.

IV/ Quel statut choisir pour devenir coiffeuse ou coiffeur domicile ?

1. Adopter le statut d’autoentrepreneur coiffure

Pour démarrer votre activité de coiffeur domicile, vous avez tout à fait la possibilité de miser sur le régime de la microentreprise. Le statut autoentrepreneur coiffure a en effet l’avantage de ne pas exiger de formalités contraignantes et coûteuses pour le lancement de votre affaire. Concrètement, vous n’avez qu’à déclarer votre activité de coiffeuse ou coiffeur à domicile et à vous inscrire au Répertoire des Métiers. Mais encore, ce statut vous permet de bénéficier d’une comptabilité simplifiée, ce qui vous donnera l’opportunité de vous focaliser au maximum sur votre activité. En outre, en exerçant en tant que micro-entrepreneur, vous n’avez ni à déduire ni à collecter de TVA. Vous pouvez dès lors répercuter cela sur vos tarifs.

2. Autres possibilités envisageables

Outre le statut d’autoentrepreneur, d’autres alternatives s’offrent à vous pour le choix de votre statut juridique :

  • SASU (Société Par Actions Simplifiée Unipersonnelle) > pour en savoir plus sur ce statut SASU par rapport au statut autoentrepreneur
  • EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée)
  • Entreprise individuelle en nom propre (EI) > découvrez le guide complet de l’entreprise individuelle de Legalvision 

Opter pour l’une de ces formes sociales vous permet notamment de protéger votre patrimoine personnel des créanciers professionnels si vous traversez une mauvaise passe financière. Effectivement, ils ne pourront saisir que les biens qui appartiennent à votre société.

De plus, contrairement au régime de la microentreprise, il n’y a aucune limite de chiffre d’affaires. Qui plus est, une société est un gage de confiance et de crédibilité auprès des banques et des fournisseurs. C’est donc un atout majeur pour développer des partenariats (maisons de retraite, hôtels, organisateurs d’événements, wedding-planners…) et augmenter sa visibilité. Cette alternative est par ailleurs plus rassurante puisqu’elle offre davantage de stabilité.

5

No Responses

Ecrire une réponse