Le guide LegalVision pour ouvrir une pâtisserie.

La pâtisserie, c’est plus de 35 000 établissements dans tout l’hexagone. Malgré ce grand nombre, la demande des quelque 12 millions de clients est encore loin d’être satisfaite. Vous êtes passionné par les métiers de bouche et vous avez toujours souhaité devenir pâtissier ? Vous souhaitez vivre de votre passion et ouvrir une pâtisserie, un salon de thé pâtisserie, une boulangerie-pâtisserie, etc. Il vous faut cependant savoir que le chemin est assez long, mais faisable si vous faites preuve de minutie et de détermination. Car, entre les démarches administratives et les formations à suivre, ouvrir une pâtisserie est loin d’être un jeu d’enfant, comme tout projet d’entrepreneuriat d’ailleurs. Pour savoir comment ouvrir une pâtisserie, suivez le guide  !

I/ Les indispensables pour ouvrir une pâtisserie

Il faut prendre le temps d’étudier, de se documenter et de savoir tout ce qui sera nécessaire pour ouvrir sa pâtisserie. En effet, nombreux sont les critères à ne pas négliger si vous souhaitez parvenir à intégrer le secteur de la pâtisserie.

A/ Les diplômes ou les années d’expérience

Si vous n’avez pas d’expérience dans le secteur de la pâtisserie, il va sans dire que vous devrez suivre une formation avant de pouvoir exercer en tant que pâtissier. En effet, il s’agit d’une profession réglementée. De fait, pour pouvoir ouvrir sa pâtisserie, il faut au moins être titulaire d’un diplôme adéquat. Notamment, le CAP (certificat d’aptitude professionnelle), le Brevet professionnel (BP) ou un autre équivalent.

Toutefois, selon la loi du 5 juillet 1996, si vous bénéficiez de trois ans d’expérience dans le domaine, même sans jamais avoir obtenu un diplôme, vous pouvez ouvrir une pâtisserie sans CAP.

Par ailleurs, si vous avez les fonds nécessaires pour ouvrir une pâtisserie, mais pas le diplôme adéquat ni les expériences requises, n’abandonnez pas vos projets pour autant. En effet, vous pouvez toujours engager le personnel possédant les qualités exigées par le métier et ouvrir une pâtisserie en tant qu’entrepreneur.

Bon à savoir : au cas où vous décidez d’installer votre pâtisserie dans les départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin, de la Moselle, vous devez également suivre un SPI ou Stage de préparation à l’installation.

B/ L’étude du marché

Comme pour ouvrir n’importe quel commerce, vous devez tout savoir sur vos concurrents. Étudiez leurs emplacements, leurs stratégies, les produits qu’ils proposent, etc. Vous devez également connaître vos clients : leurs profils, leurs besoins, leurs habitudes alimentaires, etc. Vous pourrez par la suite agir en conséquence, affiner et optimiser la création de votre pâtisserie.

C/ Le local

Il s’agit également d’un point d’une importance extrême si vous souhaitez ouvrir une pâtisserie. En effet, il se définit de manière stratégique. C’est un fait, un bon local attire toujours les clients. Si votre domicile correspond aux normes de sécurité relatives aux établissements recevant du public, ouvrir une pâtisserie à domicile est tout à fait possible. Par ailleurs, grâce au marché toujours plus innovant du secteur de la pâtisserie, vous pourrez trouver facilement un bon local qui correspond à vos attentes et aux règlements. Autrement dit, un local qui possède toutes les installations nécessaires à l’ouverture de votre pâtisserie, entre autres une bonne ventilation.

Pensez également à l’hygiène des lieux, ainsi qu’à la sécurité, car sur ces points les autorités ne plaisantent pas. D’ailleurs, il y va de la qualité de votre service et de vos produits. De fait, non seulement un bon local vous permet de rester dans les normes, mais aussi de fidéliser vos clients

D/ La stratégie à adopter

Nombreux sont les salons de thé qui proposent des pâtisseries. D’autres établissements se contentent de ne pas estampiller leurs boutiques de « pâtisserie ». Ils indiquent tout simplement le nom de leur spécialité comme « gâteaux et viennoiseries », par exemple. Cela peut être causé par une restriction administrative. Il appartient à vous de définir le concept qui vous convient.

D’autre part, il s’agit également de se faire connaître et faire connaître vos produits aux clients. Tous les moyens sont bons pour y parvenir. Vos armes ? Le bouche-à-oreille, les enseignes, un bon local. Mais vous pouvez encore plus affiner vos méthodes en vous servant d’internet. À l’heure où tout se fait en ligne, créer votre site internet et vous faire remarquer sur les réseaux sociaux sont essentiel pour attirer un grand nombre de clients.

II/ Choisir un statut juridique

Une pâtisserie doit aussi avoir un statut juridique. Vous devez choisir et définir le vôtre en fonction de quelques critères. Premièrement, de l’envergure de la pâtisserie que vous comptez ouvrir. Si votre pâtisserie engage moins de dix personnes, votre activité sera reconnue comme étant artisanale. Par contre, si vous engagez plus de dix personnes, les autorités et l’administration estimeront que vous exercez une activité commerciale. Chaque statut dispose de ses inconvénients et de ses avantages, il vous incombe de le définir selon vos réels besoins et votre situation. Pour ouvrir une pâtisserie, vous pouvez choisir parmi les statuts juridiques suivants :

Ces statuts sont en effet les plus indiqués, vu que vous serez seul à diriger votre pâtisserie. En conséquence, les statuts qui demandent plusieurs associés — comme la SARL et la SAS — sont à exclure. Sauf, évidemment, si vous êtes au moins deux à vouloir travailler sur le même projet qu’est ouvrir une pâtisserie. Dans ce cas, la SAS est plus conseillée, parce que ce statut présente une réglementation plus souple par rapport à celui de la SARL. Néanmoins, rien n’empêche de choisir ce dernier. En effet, le bon statut n’existe pas. C’est le statut adéquat qui existe!

> Pour en savoir plus sur comment choisir la forme juridique de votre société

Nouveau call-to-action

II/ La franchise en pâtisserie, une autre alternative

La franchise ? C’est surtout pour trouver un local et bénéficier de plusieurs autres avantages. Néanmoins, cette option a également ses revers. En effet, la franchise vous permet de démarrer tranquillement vos activités, car vous bénéficiez d’un local prêt à servir. Vous disposerez en plus de la notoriété du nom commercial du franchiseur et de toutes les opportunités qui en découlent. Comme le fait de ne plus avoir besoin de faire du marketing, par exemple, car celui effectué par votre franchiseur aura ses effets sur votre pâtisserie franchisée. Ajoutez à cela un accompagnement de qualité dans vos débuts d’activités.

A/ Avantage : Un accompagnement de qualité

Vue sous ces angles, la franchise paraît comme une belle occasion à saisir si l’on souhaite ouvrir sa pâtisserie. Cependant, comme mentionnée plus haut, la franchise a également quelques inconvénients. À cause même de son concept, elle peut se montrer parfois très onéreuse. Pour vous laisser utiliser son nom commercial ou sa marque, le franchiseur vous demandera de signer un contrat de franchise. Ce dernier indiquera la somme d’argent que vous devrez verser en contrepartie. Le contrat de franchise contiendra également d’autres clauses comme les conditions de vente des produits, le prix, etc.

B/ Inconvénient : Un investissement onéreux

Le coût de votre investissement initial risque donc de flamber. Effectivement, le prix d’une franchise de pâtisserie peut varier de 50 000 € à 120 000 €. Comme vous pouvez le constater, la sécurité et la notoriété coûtent cher. Par ailleurs, vous évoluez avec une certaine contrainte dans vos manœuvres. En effet, votre contrat peut vous restreindre à ne pas vendre tout ce que vous souhaitez.

En fait, le principe de la franchise en pâtisserie est identique à celui de la franchise en boulangerie. De fait, si vous souhaitez ouvrir une boulangerie-pâtisserie, ouvrir une pâtisserie à domicile, etc., sachez que ces informations sur la franchise sont également valables.

IV/ Le budget pour ouvrir une pâtisserie

Le local, le matériel nécessaire pour ouvrir une pâtisserie, les démarches à suivre, mais aussi — comme nous avons pu le constater — la franchise, et la formation s’il en est question — ne sont pas offerts sur un plateau d’argent. Il vous faut un budget étudié et défini selon vos besoins et vos exigences. Vous ne devez rien laisser au hasard et passer au crible chaque détail. N’oubliez pas non plus de laisser une petite marge pour gérer les imprévus.

V/ Les autres normes qu’il faut connaître avant d’ouvrir sa pâtisserie

Mis à part le local, toute votre activité devra également suivre des normes et respecter les conditions requises pour voir le jour. Côté sanitaire par exemple, des règlements sévères devront être respectés. Et ce, pas seulement vis-à-vis de la clientèle, mais également pour toutes les personnes que vous engagez au sein de votre pâtisserie.

Par ailleurs, vous êtes également tenu de savoir que les étiquetages des aliments et les modalités d’affichage de prix suivent également des règlements et ne se décident pas selon votre bon vouloir. D’autre part, en ce qui concerne les jours d’ouverture et de fermeture de votre pâtisserie, ils seront également définis par des normes et des règlements.

Au cas où dans vos services vous envisagez de vendre vos produits à des entreprises qui vont les revendre par la suite, vous serez obligé de détenir un agrément de vente de denrées à des intermédiaires.

 

Réalisez votre rêve : ouvrez votre pâtisserie en 2019 !

18

No Responses

Ecrire une réponse