Devenir jardinier : quels sont les outils pour se lancer ?

De tous les métiers existants, le jardinage est surement celui qui vous met le plus en contact et en reconnexion avec la nature. Particulièrement gratifiant, dès qu’on voit les résultats fleurir, ce n’est pas forcément un métier facile. Ainsi, si vous souhaitez devenir jardinier, et surtout si vous voulez le faire de manière professionnelle, il existe quelques notions de base essentielles à connaitre.

Simplement, un jardinier se qualifie par sa main verte et son souci du détail et de l’esthétisme. Toutefois, si vous avez ces qualités, ce n’est pas pour autant que vous pourrez facilement vous convertir en jardinier. En effet, il y a lieu de parler de devenir jardinier reconversion ; il n’est pas question de passion ou de passe-temps. Il s’agit bel et bien là d’un métier nécessitant des formations, avec des diplômes à la clé et un exercice des fonctions soumis à des règles et des tarifs salariaux précis.  Dans cette optique, il est possible de devenir jardinier à son compte ; au service d’une société, pour le compte d’une collectivité ou même de travailler directement au domicile de personnes particulières.

Afin de vous éclaircir sur le sujet et pour vous aider à comprendre comment devenir jardinier, vous retrouverez dans cet article tout ce qu’il y a à savoir. Pour commencer, il vous faudra connaitre ce qu’est réellement le métier de jardinier. Vous devrez ainsi connaître toutes les qualités requises pour cette profession. Ensuite, sachez qu’il existe des formations pouvant vous aider à devenir jardinier. Enfin, il vous faudra connaitre les démarches à suivre si vous souhaitez créer votre propre société de jardinage.

Le métier de jardinier et ses prérequis

La vraie question qui se pose est celle de savoir en quoi consiste réellement le métier de jardinier ? Sur la base des définitions de certains professionnels du métier, le jardinier a pour mission de créer et entretenir des espaces verts. Pour ce faire, il doit s’occuper, généralement, des extérieurs en les embellissant. C’est un métier vaste qui inclue plusieurs tâches : la taille des haies, d’arbustes, la tonte, le débroussaillage… Cela peut aussi comprendre des attributions plus vastes, comme les travaux de maçonnerie de jardin (terrasse, muret, pas japonais…).

C’est un métier qui nécessite une certaine polyvalence et une connaissance bien établie des plantes diverses. Ce qu’il y a de plus gratifiant dans le fait de devenir jardinier, ce sont les conditions de travail. Généralement, c’est une profession qui se pratique en équipe et à l’air libre. Cela change des métiers classiques consistant à rester cloisonné entre quatre murs.

Le mieux est surtout de voir le résultat et la beauté de la nature. Toutefois, c’est un travail qui demande un certain niveau d’implication et d’efforts physiques. De ce fait, outre la main verte, qui est essentielle, il faut de la volonté. C’est le cas notamment face aux aléas climatiques. Il faut également une bonne condition physique et une certaine ouverture d’esprit pour être polyvalent.

Les autres aptitudes pour devenir jardinier

D’autres aptitudes particulières sont aussi à prendre en compte si vous souhaitez réellement en faire votre métier. Déjà, il faut disposer d’un sens aigu de l’esprit d’équipe. En effet, un jardinier sera le plus souvent amené à travailler au sein d’une équipe ou à la diriger. Les tâches ne sont pas toujours gérables par un seul homme. Ensuite, il faut faire preuve d’une minutie particulière. C’est un métier qui exclut tout hasard ; la précision est de mise et le souci des détails est essentiel pour obtenir de bons résultats.

Il est donc clair que cette activité exige certains prérequis ou qualités ; le fait de disposer de ceux-ci ne fera cependant pas automatiquement de vous un bon jardinier. Fort heureusement, pour ceux qui sont réellement intéressés par ce métier, il existe des formations de base pour vous aider à maîtriser la pratique. Comme dans toute autre fonction, vous pourrez devenir jardinier indépendant ou pour le compte d’une entreprise ou d’une collectivité.

Les formations en jardinage professionnel

Comme dans tous les domaines, si vous souhaitez faire du jardinage votre profession, il est préconisé de suivre des formations. Que vous souhaitiez devenir jardinier botaniste, ou devenir jardinier paysagiste, il existe des centres de formation professionnelle spécialisés dans ces domaines. A noter qu’il est également possible de devenir jardinier sans diplôme. Cela sera cependant beaucoup plus difficile pour vous de percer dans ce métier. L es personnes détenant des diplômes ; comme le CAPA en travaux paysagers, le bac pro aménagement paysager, le bac technologique Sciences et Technologie de l’agronomie et du vivant ou encore le BTS aménagement paysager ou production horticole, auront largement plus d’opportunités.

Ces types de diplômes -associés à une formation professionnelle en jardinage- pourront vous mener à des métiers très appréciables.  Vous pourrez devenir conseiller en jardinerie, horticulteur, maraîcher, paysagiste ou encore pépiniériste.

Devenir jardinier en 2 ans, c’est possible !

Pour ceux qui commencent tout juste à découvrir le métier, voici quelques formations essentielles qui vous permettront de devenir jardinier facilement. Déjà vous pouvez commencer à vous professionnaliser avant même l’obtention de votre bac. Pour ce faire, avant le bac, il est possible de devenir jardinier en 2 ans. Toutefois, la troisième année, il faudra suivre un CAPA en travaux paysagers qui aura l’avantage de permettre de devenir jardinier à son compte dès la fin de vos études. Si vous souhaitez continuer, c’est là que le BTS en travaux paysagers sera de mise.

Ce type de formation vous offrira l’opportunité de devenir paysagiste jardinier. Si cette première option ne vous convient pas, une fois la troisième année arrivée, vous pourrez opter pour un BEPA aménagement de l’espace. Ce dernier peut se solder soit :

  • par une intégration dans la vie active
  • par le suivi d’un bac professionnel ou technologique qui vous permettra de vous spécialiser.

Ce qu’il faut noter c’est que, quelle que soit la formation pour laquelle vous opterez, vous aurez toujours à suivre des cours dédiés à la reconnaissance des végétaux afin de répondre à leurs besoins et en tirer le meilleur. Rien ne sertde suivre toutes ces formations théoriques sur comment devenir jardinier, si vous n’avez pas une connaissance large et maîtrisée de ce qui est essentiel : les plantes elles-mêmes. Afin de vous aider à atteindre ce but, il existe des écoles de jardinier de grande renommée :  l’école d’horticulture de Lomme qui est une école publique, ou encore celle de Genech, une école privée. Toutefois, certains organismes le Cnfdi ou Natura-dis proposent des formations à distance.

Créer une société de jardinage ou devenir jardinier indépendant

Une fois les qualités, prérequis et formations en main, vous êtes fin prêt à devenir jardinier indépendant. Cependant, la création d’une société de jardinage nécessite le respect de certaines formalités juridiques. De manière générale, l’activité dans laquelle vous souhaitez exercer s’englobe dans ce qu’on appelle « les métiers d’entretien d’espaces verts ». Cependant, cette désignation peut se diviser en plusieurs branches. Afin de donner toutes les chances à votre société de décoller normalement, il lui faut avoir des bases solides et une forme légale.

Aux yeux de la loi si votre activité se cantonne à tout ce qui est plantation d’arbres ou de plantes diverses, vous vous retrouvez dans la catégorie « activités agricoles ». Dans ce cas, votre société devra être soumise au régime social agricole MSA au même titre que tout ce qui est pépiniériste ou horticulteur. Ainsi, pour vous inscrire il vous faudra aller auprès de la Chambre d’agriculture.

D’un autre côté si vous vous spécialisez dans l’entretien de parc et jardin ; vous serez catégorisé comme une société à activité commerciale (BIC). Cela ne vous libère, toutefois pas, d’une inscription obligatoire à la MSA. Pour ce faire, il vous faut vous inscrire, en premier lieu à la Chambre de Commerce et d’Industrie pour justifier votre statut de société individuelle avant de passer par la MSA.

Les entreprises de jardinage spécialisées

Il y a aussi le cas des entreprises de jardinage spécialisées dans le terrassement ou les travaux de maçonnerie de jardin, telle la construction de muret ou d’aménagement en dur. Effectivement, étant des travaux d’embellissement de l’extérieur, ce type de prestation peut parfaitement être catégorisée comme étant une activité de paysagisme. Il s’agit d’une forme spéciale de jardinage. Dans ce cas de figure, vous serez considéré comme un artisan. De ce fait, elle devra être inscrite à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat. Toutefois, pour pouvoir ouvrir ce genre d’institution, il vous faudra obligatoirement suivre un stage de préparation à l’installation. Cette formation n’est pas obligatoire si vous disposez d’au moins 3 années d’expérience prouvées.

Enfin, il est possible d’ouvrir une société réalisant plusieurs, voire la totalité, de ces activités simultanément. Dans ce cas particulier, ce sera la détermination de votre activité principale qui régira le régime juridique auquel vous devrez répondre. Toutefois, dès lors que votre activité inclut des travaux artisanaux, l’inscription à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat est obligatoire : vous serez automatiquement catégorisé en tant qu’artisan. Tel est le cas si vous souhaitez devenir jardinier paysagiste reconversion.

 

Créez votre société de jardinage avec LegalVision !

8

No Responses

Ecrire une réponse