Les clefs de la création d’une société d’import-export

La création d´une société d’import-export est un projet d’envergure  internationale : il vaut donc mieux être bien préparé (et informé) avant de se lancer dans cette aventure! Avant de réaliser votre ambition, vous devez par conséquent bien cerner les activités que vous envisagez et surtout vous poser les bonnes questions à propos de votre société.

Voici donc les étapes et les renseignements que vous devez prendre en considération avant de démarrer votre entreprise !

I-Quels sont les acteurs d’une société d’import-export ?

Les activités d’importation et d’exportation concernent les acteurs suivants :

  • L’importateur : il s’agit de la société qui fait entrer/importe les marchandises sur le territoire.
  • L’exportateur : c’est la société qui envoie/exporte ses marchandises à l’étranger.
  • Le commissionnaire de transport : c’est l’intermédiaire entre l’importateur et l’expéditeur, soit, l’organisme qui se charge de l’organisation du transport des marchandises.
  • Le transporteur : le mode de transport des marchandises peut être aérien, maritime, ou encore routier, etc.
  • Le commissionnaire en douane : il est chargé d’accomplir les formalités de la douane pour le compte des tiers.
  • Le transitaire : il exécute les ordres et assure la liaison entre deux modes de transport.

 

II – Quel diplôme pour la création d’une société d’import-export ?

Pour ouvrir une entreprise d’import-export, aucune formation et aucun diplôme ne sont exigés. Cependant, vous devez détenir certaines compétences essentielles comme la communication et la linguistique.

 

III – Réalisez une étude du marché 

L’étude de marché permet d’orienter et de valider les choix juridiques, économiques ou logistiques du porteur de projet, en suivant différentes étapes : réalisation d’un questionnaire, entretiens avec les professionnels du secteur, estimation du chiffre d’affaires prévisionnel qui servira de base à la recherche des financements…

Elle est nécessaire pour comprendre et analyser le fonctionnement de ce commerce à l’échelle internationale. Lors de ce travail de marketing, la communication et la recherche ont un rôle important à jouer pour choisir les options de votre activité.

Ainsi, certaines questions doivent être posées :

  • Qui sont vos concurrents ? Quels sont leurs pays d’origine ?
  • Quels genres de contraintes pouvez-vous rencontrer ?
  • Pour quelle stratégie de communication opter ?
  • Quel est le profil de votre client type ?
  • Selon quels critères choisir vos réseaux de distribution ?
  • Quelle est la devise la mieux adaptée à votre activité ?
  • Quel est le montant moyen de vos commandes envisagées ?
  • Quel produit allez-vous importer ou exporter et quelles sont ses caractéristiques ?

 

IV – Ne négligez pas la rédaction de votre business plan 

Le métier de l’import-export est très répandu dans le domaine du commerce. Pour garantir votre réussite, vous devez vous démarquer des autres entreprises. Pour cela, la rédaction d’un business plan est une étape primordiale afin de décrire minutieusement votre activité :

– Allez-vous importer et exporter des marchandises ou des prestations de services ? Il faut que votre service ait une valeur ajoutée pour pouvoir vous démarquer des concurrents et attirer les tiers.

– Avec quels pays allez-vous travailler ?

Quel emplacement allez-vous choisir ? Le choix de l’emplacement de votre siège doit tenir compte d’un ensemble de critères comme :

  • L’accessibilité : votre siège est-il au centre-ville ou en périphérie, est-il accessible par les moyens de transport en commun ?
  • De même que sa superficie ;
  • Il faut également vous poser une question : est-il près d’un aéroport ou d’un port ?

– Quel est votre bilan prévisionnel ?

– Quelle est votre stratégie de marketing ? Vous pouvez avoir recours à une publicité sur papier indiquant votre logo et vos coordonnées, à travers internet et les réseaux sociaux, etc.

– Quelle est votre stratégie de financement ?

Quel budget faut-il consacrer à la trésorerie ?

Remarque : un business plan bien rédigé optimise vos chances d’obtenir des financements et de convaincre les investisseurs, les actionnaires et les associés, mais aussi les clients.

 

V- Quel statut juridique pour créer une entreprise d’import-export ?

Le statut juridique d’une entreprise doit être choisi après mûre réflexion. En effet, c’est votre statut qui déterminera vos responsabilités financières et juridiques, à savoir le régime fiscal (Impôt sur le Revenu ou sur les Sociétés) et le régime social de la société et de ses dirigeants.

1- Le statut autoentrepreneur

Ouvrir une entreprise d’import-export sous le statut d’autoentrepreneur est possible. Cependant, vous devez tenir compte de certains inconvénients comme :

  • Des risques sur votre patrimoine personnel : ce statut ne protège pas vos biens personnels. En cas de faillite, votre ces derniers pourraient être saisis, ce qui ne se révélera pas sans impact sur vous et votre famille.
  • Des inconvénients au niveau de la franchise TVA : un auto- entrepreneur peut ne pas facturer de TVA à ses clients, mais ce n’est pas le cas pour lui. En effet, il doit payer la TVA sur les achats qu’il fait.
  • Un chiffre d’affaires limité : un autoentrepreneur doit respecter le seuil de chiffre d’affaires. Cependant, un important écart entre le chiffre d’affaires et le bénéfice est possible dans le commerce d’import-export. Cela peut représenter un fait contraignant.

2- Les autres statuts possibles

Si vous envisagez de créer une société d’import-export unipersonnelle, vous pouvez opter pour :

  •  La SASU (Société par Action Simplifiée Unipersonnelle) ;
  • Ainsi que pour l’EIRL (Entreprise individuelle à Responsabilité Limitée) ;
  • Ou encore l’EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée).

Aussi, si vous envisagez de vous lancer à plusieurs, vous pouvez opter pour :

  • La SARL (Société à Responsabilité limitée) ;
  • Ou bien pour le statut de SAS (Société par Actions Simplifiée).

Peu importe la forme juridique que vous choisirez, LegalVision est là pour vous accompagner !

 

VI – Quelle réglementation faut-il respecter ?

Le commerce international, dont l’activité d’import-export, exige le respect d’une réglementation particulière dont les normes dépendent des zones dans lesquels vous travaillez. Cela variera selon qu’il s’agisse de pays de l’Union Européenne ou hors de l’Union Européenne.

1- Entreprise d’import-export dans l’espace de l’Union Européenne

Le type de formalités douanières est défini en fonction de la nature des prestations de votre entreprise : vente de marchandises ou prestations de services. On distingue deux types de formalités :

Également, vous devez demander un numéro de TVA intracommunautaire.

2-  Entreprise d’import-export hors de l’Union Européenne

Vous devez effectuer une DAU, soit une déclaration sur toutes les exportations et importations que vous réalisez.

En outre, il faut demander une immatriculation, soit un numéro EORI.

 

VII. Les démarches administratives à suivre

1- Rédigez les statuts de votre société

Les statuts de votre société d’import-export servent à déterminer les règles de l’entreprise. Notamment, les statuts indiqueront les paramètres des prises de décision et les modalités des pouvoirs et des rôles des associés.

2- Déposez le capital social sur un compte sécurisé

C’est un versement (sous forme d’un chèque de banque, virement bancaire ou versement en espèces) qu’il faut déposer auprès d’un organisme tel que des banques, un notaire, une consignation ou la caisse de dépôt.

Les tranches de payement dépendent de votre statut juridique. Pour la SARL, il faut verser un minimum de 20% au début, alors que pour la SA ou la SAS, il faut déposer 50% au minimum lors de la première tranche.

3- Nommez vos dirigeants 

Les noms et les données de vos dirigeants doivent être inscrits dans le formulaire M0, ainsi que sur l’avis de constitution. D’autre part, ils doivent signer un acte nominatif où ils déclarent avoir accepté le poste, ainsi qu’une déclaration sur l’honneur de non-condamnation.

4- Contactez le CFE (Centre de Formalités des Entreprises)

Il est chargé de communiquer les pièces de votre demande d’inscription aux autres organismes. Par exemple, il assurera une communication avec l’INSEE, le Greffe du tribunal de commerce, les services fiscaux, l’inspection du travail, etc.

5- Publiez votre annonce légale 

L’avis de constitution de votre société d’import-export  doit être publié dans le journal d’annonces légales. Il doit déterminer :

  • La durée de la société ;
  • Ainsi que l’objet de la société ;
  • Et, son statut juridique ;
  • De même que l’identité des dirigeants de la société ;
  • L’adresse du siège de la société ;
  • Également les RCS ayant immatriculé la société ;
  • La dénomination de la société d’import-export ;
  • Et, pour finir, les numéros d’identification de la société.

 

Lancez votre projet maintenant : créez votre société avec LegalVision !

9

No Responses

Ecrire une réponse