Tout savoir sur l’ouverture d’un salon de thé

Vous avez envie de vous investir dans votre propre projet professionnel ? Avez-vous pensé à l’idée de lancer un salon de thé ? Ce type de commerce devient très en vogue et propose des nouveautés pouvant plaire à vous et à votre clientèle. Cependant, comme pour tout projet personnel, vous devez suivre des procédures particulières et avoir certaines connaissances dans le domaine.

Afin de vous aider dans votre projet d’entrepreneuriat, nous avons souligné, dans cet article, les aspects que vous devez prendre en considération avant de monter un salon de thé.

Quel diplôme et quelle formation pour vous lancer ?

S’investir dans un salon de thé ne sollicite pas un diplôme précis, mais certaines formations sont indispensables. En effet, il s’agit du stage de préparation à l’installation qui présente un apprentissage au niveau :

  • Des conditions d’installation ;
  • Du financement de l’entreprise ;
  • De la gestion d’un salon de thé ;
  • Et du contrôle de votre projet (charges, trésorerie, personnel, etc.).

 

Quel est le budget nécessaire à l’ouverture d’un salon de thé ?

Premièrement, avant d’ouvrir un salon de thé, vous devez tenir compte du budget d’investissement et du budget pour les charges.

– Le budget relatif à l’investissement :

Il renvoie à :

  • L’équipement que vous allez utiliser comme le matériel de cuisine (samovar, réfrigérateur, théière, bouilloire, micro-ondes, etc.) ;
  • Meubles et objets de décoration : tables, chaises, fauteuils, canapés, écrans, lampes, etc.

– Le budget pour les charges : il s’agit des frais que vous allez payer dès le lancement de votre activité. Citons :

  • Les frais de création (stage de préparation à l’installation, immatriculation, publicité, rédaction des statuts juridiques…) ;
  • Les frais des salariés (salaires, charges sociales patronales…).

– Les charges d’exploitation :

  • Frais de location ;
  • Charges d’électricité, de gaz, d’eau, etc. ;
  • Frais des matières premières.

Vos apports peuvent être :

  • Des apports personnels ;
  • Des apports de la part de votre associé ;
  • Un crédit bancaire ;
  • Un emprunt de la part d’un organisme qui soutient l’entrepreneuriat ;

 

Réalisez une étude de marché !

Ensuite, l’étude de marché correspond à une analyse du domaine du salon de thé dans votre région.  Il s’agit de :

  • Identifier vos concurrents ;
  • Identifier aussi les meilleurs fournisseurs en termes de qualité / prix ;
  • Se mettre dans la peau de la clientèle ;
  • Puis étudier et comparer les prix dans les salons de thé concurrents ;
  • Et enfin mettre en place une stratégie pour attirer un maximum de clients…

Choisissez le statut juridique qui vous convient !

Le choix du statut juridique de votre salon de thé doit être bien réfléchi. En effet, chaque statut présente ses propres particularités, avantages et inconvénients. Des particularités comme les responsabilités financières, le partage du capital entre les associés ainsi que le régime fiscal et social de votre commerce sont à prendre en considération.

Voici un récapitulatif des statuts juridiques que vous pouvez choisir :

  • L’entreprise individuelle : vous dirigez seul votre salon de thé. Vous aurez alors affaire au régime micro-entreprise et aux statuts auto-entrepreneur ou L’EIRL. Vous bénéficierez seul du rendement de l’entreprise, mais il sera soumis à l’impôt sur le revenu. L’inconvénient de ce statut, c’est que vos biens personnels sont confondus avec vos biens professionnels. En d’autres termes, en cas de faillite, vos biens personnels peuvent être saisis. Afin de limiter les risques liés à la création d’un tel projet, d’autres statuts juridiques sont conseillés.
  • La SARL : la SARL signifie société à responsabilité limitée. Elle exige un minimum de deux associés. Chaque associé doit contribuer par ses apports au capital social. En cas de faillite, seul le capital peut être réclamé et vos biens personnels ne risquent pas d’être saisis.
  • L’EURL : c’est une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée. Elle présente les mêmes particularités que la SARL, mais exige un seul associé.

Choisissez votre emplacement

Le choix de l’emplacement de votre salon de thé doit être fait en prenant en compte les facteurs suivants :

  • Accessibilité et visibilité ;
  • Environnement concurrentiel ;
  • La superficie de l’espace et ses dimensions : largeur, longueur, etc.

Quelles activités prévoir pour votre salon de thé ?

Les salons de thé foisonnent. C’est donc pour cette raison qu’il faut penser à une activité différente de celles exercées dans ces locaux commerciaux. En effet, plusieurs tendances et idées créatives sont à adopter. Voici quelques idées en vogue :

    • Les salons de thé à tendance culturelle : il s’agit d’un espace où les clients peuvent bénéficier simultanément d’un service commercial et d’un service culturel. Votre salon de thé peut alors proposer une bibliothèque, une exposition de peinture ou de photographie, des spectacles et des projections, des ateliers, etc.

 

  • Un salon de thé avec une spécialité particulière comme la dégustation des thés du monde ou des cafés italiens.avec
  • Le salon de thé à animaux (chiens, chats), comme à la maison, etc.
  • Un salon de thé avec dégustation de plats ou de pâtisseries.

 

 

Préparez le business plan de votre salon de thé !

Le business plan correspond à une estimation de la rentabilité de votre projet, autrement dit, du chiffre d’affaires minimum qu’il faut atteindre. Vous devez alors préparer la liste de produits à vendre, choisir vos fournisseurs, calculer les coûts que vous allez assumer et déterminer vos prix de vente.

Un expert-comptable peut également vous aider lors de cette étape.

 

Vous devez respecter la réglementation !

La réglementation relative à l’ouverture et à la tenue d’un salon de thé comporte une multitude de normes que vous devez prendre en considération. Citons, par exemple :

– Les normes sanitaires mentionnées dans l’arrêté du 21 décembre 2009 :

  • Les règles de sécurité incendie ;
  • Les normes d’accessibilité aux handicapés ;
  • Les règles relatives à la température de conservation et de congélation.

– Les normes relatives à la réglementation des bars et des restaurants si vous envisagez de servir des plats gastronomiques.

– La réglementation en termes de :

  • Diffusion de la musique : il faut demander l’autorisation à la SACEM et payer des redevances ;
  • Affichage des prix ;
  • Horaires d’ouverture.

 

Les étapes à suivre pour ouvrir un salon de thé

Voici un récapitulatif des étapes à suivre afin de réussir le lancement de votre salon de thé :

1 – Tout d’abord, formez-vous au niveau de la pâtisserie, de thés et de cafés.

2- Puis trouvez votre idée et réalisez votre étude de marché.

3- Préparez le business plan de votre salon de thé.

4- Trouvez le financement de votre projet.

5- Trouvez votre local.

6- Effectuez également les travaux d’installation et de décoration si besoin.

7- Suivez les formations nécessaires.

8- Immatriculez votre salon de thé dans le registre des métiers.

9- Choisissez ensuite le statut juridique de votre entreprise.

10- Enfin, procédez à la publicité et à l’activité.

 

Ouvrez votre salon de thé dès maintenant !

1

No Responses

Ecrire une réponse