Quel statut pour lancer votre entreprise e-commerce ?

Vous voilà désormais prêt à créer votre propre site e-commerce. Depuis un moment, vous travaillez sur vos produits, votre stratégie et vous vous décidez enfin à les vendre en ligne.

Mais vous arrivez à un choix fatidique que tout futur e-commerçant se pose avant de se lancer… Est-ce que je dois créer une entreprise ? La réponse est OUI. Alors quelle est la structure que je dois créer ? Faut-il que je choisisse une entreprise individuelle ou bien une société ? Quelle est la différence entre l’entreprise individuelle à responsabilité limitée et classique ? Voici autant de questions que vous vous posez et qui vous freinent dans le lancement de votre boutique en ligne.

Dans cet article, la solution e-commerce WiziShop va répondre à toutes vos questions et mettre toutes ces informations au clair. Une fois que vous aurez lu cet article, vous serez enfin prêt à vendre en ligne !

Société et entreprise individuelle, le dilemme pour se lancer dans l’e-commerce !

Il est important de bien définir la structure qui vous conviendra le mieux. Pour cela, il est important que vous vous posiez quelques questions concernant votre future activité.

Certains critères sont très importants pour définir la structure qui vous conviendra le mieux à votre activité e-commerce : Souhaitez-vous créer votre boutique en ligne seul ou à plusieurs ? Avez-vous besoin d’investissements pour lancer votre business ? Désirez-vous protéger votre patrimoine personnel ? Est-ce que votre business est un petit projet avec une croissance faible ? Au contraire, est-ce un projet avec une croissance exponentielle ?

Autant de critères qui vont être très importants pour définir la structure que vous devez adopter et être prêt à vous lancer.

Entreprise individuelle et micro-entreprise, quelle structure faut-il choisir ?

L’entreprise individuelle.

Il est tout à fait normal d’être démotivé par la difficulté des procédures de création de société. Il existe de nombreuses formes différentes et il est compliqué de trouver celles qui sont adaptées à votre projet !

C’est pour cette raison que je vais vous parler de l’entreprise individuelle. Cette structure permet de créer facilement et rapidement son entreprise.

Si vous optez pour cette structure, vous serez le créateur de votre entreprise et vous aurez le plein pouvoir sur tous les aspects : fonctionnement, décisions, etc. Le statut d’entreprise individuelle permet également de récupérer la TVA en la facturant à vos clients.

En revanche, il est important de savoir au préalable si vous avez besoin d’investisseurs ou non. En effet, le défaut de cette structure est que chaque créancier qui investit dans votre business pourra saisir votre patrimoine personnel en cas de problème. C’est pourquoi, en dehors de votre société, c’est vos biens qui peuvent faire face à des saisies de vos investisseurs.

Votre habitation n’est pas concernée et est automatiquement protégée. Pour le reste, vous avez la possibilité de définir des biens que vous souhaitez protéger par le biais d’une déclaration notariée d’insaisissabilité. Cette déclaration se rédige devant un notaire. Vous allez définir, avec lui, vos biens fonciers qui ne rentrent pas en compte et que vous n’utilisez pas dans votre activité professionnelle.

Dès lors que vous les aurez déclarés, ils seront couverts et ne pourront pas être pris par les investisseurs. Bien sûr, ce cas de figure est l’un des pires à rencontrer. Mais, il est important de le préciser et de vous mettre en garde !

L’entreprise individuelle à responsabilité limitée.

Plus communément appelée EIRL, cette structure est idéale si vous avez un patrimoine personnel important que vous souhaitez protéger. Avec l’EIRL, vous allez distinguer vos deux patrimoines. D’une part, il y aura votre patrimoine engagé dans votre activité professionnelle. D’autre part, votre patrimoine personnel (non lié à votre e-commerce).

Micro-entreprise.

Le statut idéal si vous lancez votre site e-commerce et que votre boutique en ligne reste un petit projet générant peu de chiffre d’affaires. Ce qui est assez logique quand vous allez débuter votre activité : il faut laisser le temps de se faire connaître ! Voici d’ailleurs notre article sur les 5 raisons d’ouvrir une boutique en ligne en auto-entrepreneur.

Appelé également statut d’auto-entrepreneur, il a un avantage indéniable : celui des cotisations sociales et des impôts.

En revanche, la micro-entreprise est accessible uniquement si votre chiffre d’affaires n’atteint pas une certaine somme. Le C.A. ne doit pas dépasser 170.000 euros par an pour les activités d’achat/vente de marchandises. Il ne doit pas dépasser 70.000 euros pour les activités de services.

Si vous ciblez uniquement les professionnels, faites attention car vous n’allez pas pouvoir déduire et facturer la TVA tant que votre chiffre d’affaires ne dépassera pas certains seuils.

Autre information à connaître, la micro-entreprise ne vous offre pas la possibilité de déduire vos charges professionnelles. Ainsi, si vous avez un investissement conséquent à faire dans vos frais de création, sachez que vous ne pourrez pas les défalquer.

Pour résumer, si vous souhaitez lancer une boutique e-commerce qui s’adresse aux particuliers, qui ne va pas atteindre tout de suite 170.000 euros de chiffre d’affaires sur l’année et qui vous demande peu de frais professionnels à investir, ce statut est fait pour vous !

E-commerce : La société, sous quelle forme ?

L’autre choix qui se pose à vous est la création d’une société.

Il existe deux types de structures : la société à responsabilité limitée (SARL) ou la société par actions simplifiées (SAS).

Si vous décidez de créer une société tout seul, la SARL se transformera en Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) et la SAS en Société par Actions Simplifiées Unipersonnelle (SASU).

La SARL.

Très adaptée aux e-commerçants qui, comme vous, souhaitent se lancer dans la vente en ligne, la SARL convient parfaitement aux TPE et PME. En effet si votre projet de boutique en ligne ne demande pas beaucoup d’investissements et que c’est un business de petite, voire moyenne taille, la SARL fera parfaitement l’affaire. D’autant plus que la SARL est une société commerciale !

En effet, elle est régie par le code du commerce. C’est une société qui permet de se sentir en sécurité au niveau des parts de l’entreprise ainsi que de la gestion. Au niveau de votre patrimoine personnel, vous êtes entièrement couvert, d’où le terme de responsabilité limitée. Cela signifie qu’un investisseur qui va placer 2000 euros dans votre boutique en ligne ne pourra saisir qu’à hauteur de son investissement de départ, et ça qu’importe les dettes professionnelles que vous générez.

Pour finir, la SARL ne nécessite aucun capital social de départ pour être constituée. Cependant, il est tout de même important de prévoir un capital adapté à votre activité !

La SAS.

Contrairement à la SARL, la SAS est moins encadrée. Toutes les règles de fonctionnement sont principalement fixées par les statuts et non par le code du commerce. Ceci signifie que les associés fondateurs disposent d’une grande liberté. Ce sont eux qui vont définir les règles de fonctionnement et de répartition du pouvoir dans l’entreprise. Les règles appliquées à la SAS sont donc beaucoup plus souples ! D’ailleurs, ces mêmes dirigeants sont au même niveau que les salariés et appartiennent au régime général de sécurité sociale.

Pour la créer, aucun capital social minimum n’est demandé mais bien entendu, il est encore une fois conseillé d’avoir un capital conséquent lorsque vous allez créer votre boutique en ligne.

Au niveau de votre patrimoine personnel, il est également protégé. Ce ne sont que les apports réalisés pour la société qui rentrent en compte.

Si vous avez des besoins conséquents en terme d’investissements, la SAS est votre meilleur choix. Avec cette structure, vous pouvez vous adresser à des établissements bancaires mais également à des investisseurs privés.

Pour résumer : 

Si vous souhaitez créer votre boutique en ligne tout seul, sans aucun investisseur et que vous avez un projet e-commerce générant peu de chiffre d’affaires et ciblant les particuliers, le statut de l’entreprise individuelle, couplé au régime de micro-entrepreneur peut présenter des intérêts.

Si votre cible est plutôt professionnelle, l’entreprise individuelle vous permettra de facturer la TVA.

Et si vous disposez des mêmes besoins avec un patrimoine personnel conséquent à protéger, optezl’option pour l’EIRL vous permettra de protéger vos possessions.

Concernant les sociétés, si vous souhaitez monter un projet e-commerce de petite ou moyenne taille avec une structure commerciale et des besoins d’investissements, la SARL est adaptéesouvent plébiscitée.

Si vous avez besoin de beaucoup d’investissements pour lancer votre site e-commerce, que vous souhaitez installer vos propres règles de fonctionnement et décider de la répartition du pouvoir dans l’entreprise, la souplesse de la SAS saura peut-être vous séduire.

 

Maintenant que vous connaissez le statut qui convient le mieux à la réalisation de votre projet e-commerce, vous êtes prêt à vous lancer !

 

Commencez votre projet !

4

No Responses

Ecrire une réponse