Avocat en droit des affaires

L’avocat en droit des affaires est avant tout un professionnel du droit. Mais contrairement à l’avocat, il ne plaide pas souvent au tribunal (uniquement en cas de litiges), et travaille essentiellement dans un cabinet d’avocats ou au sein d’une grande entreprise. Sa mission première consiste à défendre avec passion les intérêts de ses clients (hommes d’affaires et acteurs économiques) en cas de contentieux, et à les conseiller juridiquement lors de fusions, de cessions, d’investissements ou de recherche de financements. À ce titre il doit être extrêmement polyvalent et exceller dans plusieurs domaines. Comment devenir avocat en droit des affaires ? Quelles formations avocat en droit des affaires ? Zoom sur les détails.

Cursus avocat d’affaires : étude pour devenir avocat d’affaires

Après un bac ES (de préférence), L ou S, le futur avocat droit des affaires ONISEP doit s’inscrire en master de droit pour obtenir au minima un master 1 ou une maîtrise de droit. Après il peut se spécialiser en droit des affaires et obtenir un master 2 en droit des affaires, en droit communautaire ou en droit international privé ou public. Il peut également choisir de poursuivre ses études dans une université à l’étranger ou passer un master en école de commerce.

Après son master en poche, il doit intégrer un centre régional de formation professionnelle d’avocats ou CRFPA afin de décrocher le certificat d’aptitude à la profession d’avocat ou CAPA, communément appelé « examen du barreau » et devenir avocat d’affaires. Ce concours très difficile (seulement 30 % d’admis environ) ne peut être passé que trois fois. À noter que pour devenir avocat d’affaires internationales, passer l’examen du barreau de New York est l’idéal. D’ailleurs, c’est fortement recommandé pour l’avocat d’affaires qui désire intégrer un grand cabinet anglo-saxon, ou qui souhaite tout simplement donner de l’élan à sa carrière.

La dernière étape pour devenir avocat d’affaires est le serment qu’il faut prêter.

Quelle que soit la spécialité qu’il a choisie, l’avocat d’affaires a la possibilité de se former tout au long de sa carrière pour diversifier sa clientèle et/ou faire partie d’un cabinet prestigieux parisien ou international. Il peut même intégrer un cabinet d’audit mondial s’il le souhaite, ce que l’on appelle les « big six ».

Avocat en droit des affaires : Bon à savoir :

L’avocat en droit des affaires accumule les spécialités. En plus d’être spécialisé en droit commercial et en droit des sociétés, l’avocat des affaires doit maîtriser le droit financier et fiscal, le droit immobilier, le droit bancaire et boursier et le droit de la propriété intellectuelle.

Un avocat d’affaires avec un diplôme obtenu avec mention a plus de chance de réussir qu’un avocat qui a plusieurs masters sans distinction particulière.

Il est nécessaire de travailler dans de grands cabinets d’affaires pour acquérir de solides expériences et devenir autonome. Par ailleurs, l’avocat en droit des affaires doit maîtriser la langue de Shakespeare.

Les qualités requises pour devenir avocat droit des affaires

Effectivement, il ne suffit pas d’accumuler les diplômes pour devenir avocat d’affaires. Comme ce professionnel du droit a des missions de conseil auprès de ses clients, il doit posséder un certain nombre de qualités. Qualités qui permettront aux clients de bénéficier de techniques de sécurisation et d’optimisation de leurs activités.

Ainsi, l’avocat d’affaires doit être :

  • Polyvalent et créatif. Il doit maîtriser le domaine des affaires (droit public, droit privé, contentieux, éthique et santé…) et trouver les solutions à tous les problèmes de ses clients ;
  • Déterminé. Un avocat d’affaires accumule les heures de travail. C’est notamment le cas d’un avocat Paris, d’un avocat droit des affaires Lyon ou d’un avocat droit des affaires Bordeaux par exemple. Pour gérer les heures supplémentaires et le stress qui en découle, il doit être motivé et déterminé ;
  • Fin stratège, rigoureux et tenace. Pour cela, il doit se former en permanence. Encore, il doit rester au courant des tendances et des marchés concurrentiels.
  • Discret, car il travaille sous le sceau du secret professionnel ;
  • Enfin, il doit avoir le sens de l’analyse et un esprit de synthèse.

Bref, le métier d’avocat d’affaires est une véritable vocation. Surtout pour tous ceux qui rêvent de faire une carrière à l’international. En effet, il n’y a pratiquement pas de place pour la vie de famille et les loisirs. Toutes ses journées et parfois les nuits sont destinées au travail.

Bon à savoir : quelle que soit sa spécialité, l’avocat en droit des affaires, au même titre que tous les avocats est soumis au respect du RIN ou le Règlement intérieur national. Ce règlement fixe les règles en matière de déontologie et d’usage de la profession d’avocat.

Les missions de l’avocat en droit des affaires

Il est évident qu’un avocat droit des affaires Genève n’aura pas la même charge de travail qu’un avocat droit des affaires Martinique. Mais leur point commun, c’est qu’ils s’occupent tous les deux de nombreuses missions. Ainsi, que l’avocat d’affaires travaille dans un cabinet de province ou dans un cabinet prestigieux, il doit conseiller au mieux ses clients pour les amener à faire le bon choix. Et en cas de litige, il doit être capable de défendre leurs intérêts dans les meilleures conditions.

Entre autres, l’avocat droit des affaires doit s’occuper des tâches suivantes :

  • Participer aux projets de ses clients en respectant un cadre légal ;
  • Estimer les délais et les étapes nécessaires pour chaque projet de ses clients ;
  • Négocier ou modifier des transactions ;
  • Rédiger et superviser des contrats ;
  • Être à l’écoute de ses clients et proposer les solutions adéquates ;
  • Rédiger les documentations corporate de ses clients ;
  • Déterminer les droits et devoirs de ses clients en cas de contentieux ;
  • Plaider au tribunal si cela est nécessaire ;
  • Monter une structure financière solide ;
  • Conseiller sur les investissements et les sources de financements (prêt bancaire, private equity…).

Avocat d’affaire internationale fiche métier

L’avocat en droit international des affaires est un avocat spécialisé dans le droit international : droit international public ou droit international privé. Sa principale mission est d’encadrer les relations internationales entre des personnes publiques ou privées. Pour devenir avocat d’affaires internationales, il faut suivre une formation en droit après le baccalauréat et décrocher un master. Ensuite, il faut se spécialiser dans le droit international privé ou le droit international public.

Le futur avocat en droit international peut aussi suivre des études en droit de l’homme. Ou encore, en droit communautaire, en commerce international, en arbitrage ou en gestion de contentieux. Ainsi, il pourra approfondir ses connaissances et diversifier sa clientèle. Effectivement, pour exercer ce métier, il faut posséder une bonne connaissance en droit et connaitre tous les enjeux internationaux.

Les missions de l’avocat d’affaires internationales sont entre autres :

  • Accompagner ses clients qui veulent créer une entreprise à l’étranger ;
  • S’occuper de tout ce qui est fiscalité à l’étranger ;
  • S’occuper des conflits de lois et déterminer le droit applicable au litige ;
  • Conseiller au mieux ses clients sur leurs stratégies :
  • Élaborer et superviser des contrats internationaux ;
  • Et défendre leurs intérêts.

Bon à savoir : l’avocat d’affaires internationales doit parler couramment l’anglais. La connaissance d’une autre langue étrangère est également très appréciée et constitue un atout non négligeable pour intégrer un grand cabinet prestigieux.

Avocat d’affaires : un métier qui attire et fait rêver

En France, les avocats d’affaires ne représentent que 20 % du métier alors qu’ils réalisent les 80 % du chiffre d’affaires de la profession. Il faut dire que la profession fait partie des top 10 des métiers les mieux rémunérés en Hexagone. Toutefois, le montant de cette rémunération dépend de plusieurs facteurs :

  • Le lieu : à Paris ou en province ;
  • La taille et le prestige du cabinet ;
  • Le type de cabinet : français, anglo-saxon ;
  • Le statut : salarié, collaborateur, associé.

Dans les faits, un avocat d’affaires internationales débutant touche à peu près 2 500 € à 3 400 € bruts par mois. Avec un peu plus d’expériences, il peut gagner jusqu’à 8 000 € brut par mois. Quant à l’avocat en droit des affaires, un débutant peut gagner 3 000 € et jusqu’à 7 000 € à 8 000 € s’il a déjà de l’expérience. Pour aller plus loin, un avocat de 50 ans et plus, c’est-à-dire, en fin de carrière peut percevoir jusqu’à 9 000 € par mois, soit 108 000 € par an.

Pour résumer, un avocat en droit des affaires gagne bien sa vie. Cela est vrai qu’il travaille dans un cabinet de province (généralement des cabinets français de taille moyenne) ou intègre un grand groupe anglo-saxon en collaboration avec une dizaine d’avocats.

Bon à savoir : avec un peu d’expériences, un avocat d’affaires peut devenir collaborateur ou associé dans un cabinet prestigieux ou s’orienter vers un autre domaine du droit.

 

 

Contactez-nous ! 

42

No Responses

Ecrire une réponse