Comment effacer une dette RSI ?

Suppression du RSI et dette.

Bien que le RSI ait été supprimé au 1er janvier 2018, les dettes du RSI n’ont pas été effacées. En effet, le RSI a été rattaché au régime général de la sécurité sociale, avec vocation de s’y fondre. Les affiliés ne peuvent donc pas se permettre de cesser de payer leurs cotisations auprès de la sécurité sociale des indépendants, au risque de voir gonfler la dette RSI.

Quelles sont les personnes soumises au RSI ?

Outre les travailleurs indépendants, les dirigeants de certaines sociétés sont affiliés au régime social des indépendants (RSI). En effet, le gérant associé unique d’une EURL et le gérant majoritaire d’une SARL sont considérés comme des travailleurs non salariés (TNS).

SAS et RSI : le président n’est pas un indépendant.

Contrairement au dirigeant d’une SARL qui est considéré comme un travailleur non salarié, le président de SAS est assimilé à un salarié. Ainsi, il ne sera pas soumis au RSI, et devra cotiser au régime général de la sécurité sociale.

I/ La gestion de la dette RSI.

Au delà des simples cotisations sociales, la dette RSI peut grossir pour comprendre des pénalités et majorations. Toutefois, il reste possible de demander un délai de paiement.
En effet, en cas de difficultés de paiement, il est possible de contacter la sécurité sociale des indépendants afin de demander un délai de paiement. Une telle demande ne peut être formulée qu’avant la date d’échéance de paiement des cotisations concernées. Il est possible de faire cette demande par le biais de son compte assuré. Si le RSI estime que les difficultés sont temporaires il pourra accepter de mettre en place un échéancier. Cela permet un étalement de la dette RSI.
En outre, il est possible de demander une dispense de paiement des cotisations en cas d’arrêt de travail supérieur à 90 jours consécutifs. Toutefois, cette mesure ne touche que les cotisations liées à la retraite de base, à la retraite complémentaire et à l’invalidité-décès.
Outre un délai de paiement, il est possible de demander le fractionnement du paiement de la dette.
Encore, le RSI peut accorder une remise, partielle ou totale, sur les majorations de la dette.

II/ L’annulation de la dette RSI.

A/ L’annulation de certaines dettes.

Hors deux cas restreints, le RSI n’admet pas l’annulation de dettes de cotisations sociales. En effet, la sécurité sociale des indépendants peut décider d’effacer une dette seulement quand elle est d’un très faible montant (80 euros), ou en cas de recouvrement impossible (décès de l’assuré, clôture de la liquidation judiciaire pour insuffisance d’actifs). En dehors de ces cas, le RSI ne procède pas à l’effacement des dettes. Reste qu’il est possible, dans certains cas, d’échapper au paiement des dettes du RSI.

B/ L’impact de la prescription.

Les actions en recouvrement du RSI peuvent se heurter aux délais de prescription. Ainsi, le RSI ne peut réclamer le paiement que des 3 années de cotisations précédents la mise en demeure du débiteur. Le sécurité sociale ne peut pas réclamer de cotisations au delà de ces trois ans. En outre, l’action en recouvrement du RSI doit être réalisée dans les 5 ans de la mise en demeure du débiteur.

C/ Le recours au fonds d’action sanitaire et sociale.

En cas de difficultés de paiement, il est possible de s’adresser au fonds d’action sanitaire et sociale. Ce fonds accorde son aide aux assurés ayant des difficultés à payer leurs cotisations sociales personnelles. Le fonds accorde son aide sur la base de certains critères, notamment :
  • Revenus de l’indépendant ;
  • Durée depuis laquelle l’indépendant cotise au RSI ;
  • Situation familiale de l’indépendant ;
  • Situation de l’entreprise.
L’aide apportée par le fonds s’élève en moyenne à 2200 euros. Cette aide n’est apportée qu’aux débiteurs dont les difficultés sont jugées temporaires.

D/ Les recours de contestation de la dette RSI.

Il est possible de contester une dette devant la Commission des Recours Amiables du RSI. En cas d’échec de la contestation, le RSI pourra poursuivre le recouvrement en vous adressant une contrainte. Il est possible de faire opposition à la contrainte, dans les 15 jours de sa réception, auprès du tribunal des affaires de la sécurité sociale (TASS). Il appartient alors au débiteur d’exposer son désaccord et d’apporter des éléments de preuve permettant de soutenir son argumentaire. Ces arguments peuvent être fondées sur le non respect des formalités par le RSI, ou encore sur la prescription.

III/ RSI : dette personnelle ou dette professionnelle ?

La question de la nature personnelle ou professionnelle des dettes du RSI ne semble pas avoir trouvé de réponse définitive. En effet, la cour de cassation considère qu’une dette est de nature professionnelle si elle est née pour les besoins ou au titre d’une activité professionnelle. Toutefois, le RSI considère que les cotisations sociales revêtent la nature de dettes personnelles, de même que certains juges. Il en ressort que les juges qualifient les dettes de cotisations du RSI tantôt de dettes personnelles, et tantôt de dettes professionnelles. Reste qu’un avis de la cour de cassation se prononce en faveur de la qualification de dette professionnelle. Encore, l’exclusion de ces dettes du champ des procédures de surendettement des particuliers peut se lire comme une indication de son caractère professionnel.

IV/ Dette RSI et surendettement.

L’efficacité de la procédure de surendettement, dite procédure de rétablissement personnel, sera toute entière conditionnée à la qualification donnée aux dettes du RSI. Si la dette est qualifiée de dette professionnelle, elle ne pourra pas être incluse dans la procédure de rétablissement personnel. En revanche, si la dette est qualifiée de dette personnelle, elle pourra être incluse au dossier de surendettement. Toutefois, la tendance va au refus de qualification des dettes du RSI en dettes personnelles, tel que cela est exprimé par l’avis de la cour de cassation. Encore, la Banque de France exprime souvent son refus d’inclure les dettes de RSI dans le champ de la procédure de surendettement.

V/ Dette RSI et liquidation.

Les dettes de cotisations dues au RSI peuvent être amenées à disparaître en cas de liquidation judiciaire de la société. En effet, si les dettes du RSI sont considérées comme des dettes professionnelles, alors la liquidation entraîne l’extinction de ces dettes. Toutefois, le RSI qualifie les dettes de cotisation de dettes personnelles, qui ne s’éteignent alors pas avec la liquidation.
En outre, le RSI opère des régularisations au moment de la cessation de l’activité. Or, le boni de liquidation, s’il existe, sera pris en compte dans le calcul de l’assiette des cotisations sociales. Cela est également le cas si l’assuré n’exerce plus d’activité au moment où il déclare le boni. Afin de limiter le montant de la régularisation, il est important d’adresser au RSI une demande de radiation au plus vite.
Encore, il convient de noter que la radiation d’une entreprise individuelle ne permet pas d’échapper au paiement de la dette du RSI. Cependant, l’EIRL suit le même régime que les sociétés concernant les dettes de RSI.
Enfin, les sommes impayées ne seront pas comprises dans le calcul de la retraite du débiteur.

 

Réalisez votre dissolution-liquidation en ligne !

13

No Responses

Ecrire une réponse