L’intérêt des LegalTech pour les jeunes diplômés

Les termes « dématérialisation des services juridiques », « numérisation juridique » ou « automatisation juridique » sont désormais bien connus des pratiquants du droit et des jeunes diplômés. Ils ont d’ailleurs révolutionné le secteur traditionnel. En effet, les procédures les plus complexes sont depuis accessibles en ligne grâce à l’émergence des LegalTech. Ces entreprises 100% numériques souhaitent avant tout rendre le droit le plus accessible possible. Les particuliers et professionnels n’entament donc plus un parcours du combattant pour effectuer leurs démarches en faisant appel à un prestataire unique qui se charge de tout.

Le droit 2.0 : rapide, efficace et abordable

Les dernières avancées technologiques ont permis aux services juridiques de dématérialiser leurs services et de créer des supports plus fiables et plus pratiques que le papier, notamment au niveau du stockage des données. Il n’est plus nécessaire de les classer et de les ranger physiquement.

Un autre avantage : l’automatisation de certaines formalités juridiques simplifie plusieurs tâches. Par exemple l’élaboration de contrats. À présent, les particuliers et les professionnels peuvent obtenir des contrats personnalisés rien qu’en remplissant un formulaire sur une interface en ligne. L’automatisation des formalités semblables permet de réduire le temps de réalisation ainsi que le cout des prestations.

L’intelligence artificielle proposée par les LegalTech joue également un rôle majeur dans la gestion de contentieux. Un entrepreneur qui fait face à une situation récurrente liée au droit n’est plus contraint de faire appel à un professionnel du droit, car l’intelligence artificielle l’aide à la résoudre rapidement.

Les LegalTech embauchent les jeunes diplômés juristes et avocats

Face à cette démocratisation du droit et aux coûts réduits, le grand public a plus facilement accès à des informations qui leur sont utiles. La demande se fait alors plus importante. Car si auparavant la majorité des gens essayaient de régler leur contentieux par eux-mêmes, à présent ils font appel aux services des LegalTech. Ces nouvelles structures embauchent de jeunes diplômés juristes et avocats pour faire face à cette demande.

Le parcours des jeunes diplômés en droit est bien trop souvent parsemé d’embûches. Les plus persévérants et les plus chanceux dénichent un fameux CDI à la sortie de leurs études. En effet, même si les études de droit prennent 5 années d’études pour un Master, la concurrence y est très rude. Les offres d’emplois pour les juristes font partie de celles qui reçoivent le plus de réponses.

L’opportunité d’une belle première expérience

Face à ce déséquilibre entre l’offre et la demande, c’est l’expérience qui prime. Les candidats expérimentés jugés plus rentables et plus rapidement opérationnels sont favorisés lors des recrutements. Ainsi 90 % des offres d’emplois proposés aux jeunes diplômés juristes sont destinés aux juristes dits « juniors ». Or pour être qualifié de juriste junior, il faut avoir entre 1 et 3 ans d’expérience.

Heureusement que le monde du droit évolue. Dans l’univers des LegalTech, le recrutement n’est pas aussi discriminant. Étant donné que les juristes des LegalTech agissent de moins en moins seuls, les profils demandés ne sont pas aussi techniques qu’il y a quelques années. Il est plus demandé aux jeunes diplômés juristes d’avoir de fortes compétences relationnelles pour être proches membres de l’équipe qu’ils intègrent et d’être ouvert au numérique. De même, il faut savoir vulgariser son discours et jouer un rôle important en interne. Voilà, une lueur d’espoir pour les métiers du droit.

41

No Responses

Ecrire une réponse