L’impact des LegalTech sur les métiers du droit

À l’heure où le numérique fait partie intégrante de notre quotidien, tous les corps de métiers doivent se réinventer. Ils doivent donc suivre la tendance pour continuer à exister. Cela concerne notamment les métiers du droit. Si le droit et tout ce qui est juridique ont longtemps été l’apanage des avocats et des juristes, avec les LegalTech qui poussent comme des champignons, on pourrait presque se passer d’un avocat. Qu’il s’agisse de créer sa société, demander une indemnisation, recouvrer une créance… toutes les procédures s’automatisent. Les LegalTech, une menace ou une opportunité pour les professionnels du droit ? Voyons plus en détails qu’est ce qu’une LegalTech, et ce qu’elles peuvent apporter aux professionnels du droit.

Une LegalTech quèsaco ?

Les LegalTech sont des startups qui proposent aux particuliers et aux professionnels de leur offrir clé en main tous les documents juridiques dont ils ont besoin en quelques clics. Né aux États-Unis au début des années 2000, le phénomène LegalTech connaît un succès fulgurant en Europe depuis quelques années. Ce phénomène concerne particulièrement la France où le droit est complexe et où les conseils d’un avocat sont coûteux. D’ailleurs, les LegalTech enregistrent un taux de croissance inimaginable de 20 % par an rien qu’en Hexagone.
Ces startups misent sur le numérique pour rendre le droit plus compréhensible et surtout plus accessible financièrement. Il en résulte ainsi des démarches plus rapides et moins coûteuses pour les utilisateurs de ces services.

En offrant des services de qualité qui répondent aux besoins de leurs utilisateurs en un temps record, les LegalTech sont devenus incontournables dans les métiers du droit. Néanmoins, ils ne remplaceront jamais les conseils d’un avocat ou d’un juriste.

Quels sont les impacts de cette évolution numérique sur le plan juridique ?

Si au premier abord, les LegalTech considérés comme des braconniers semblent être une menace pour les professionnels du droit, il s’est avéré qu’ils ont apporté un second souffle à cette profession ancrée dans une habitude séculaire.

Une automatisation du droit opportune

Les impacts positifs de cette automatisation du droit ont quelque peu rassuré les professionnels du droit qui se sentaient en péril. La preuve en est, de plus en plus d’avocats travaillent avec ces plateformes novatrices. Certains vont même plus loin en créant leur propre site web d’aide juridique.

Les impacts positifs de cette révolution numérique sur les métiers du droit

Un changement des études et des formations juridiques : le professionnel du droit devient un codeur et un développeur qui maîtrise à la perfection les outils digitaux

Une réinvention de la profession et un gain de temps considérable. Les tâches secondaires comme la rédaction des actes ou le suivi des contrats sont automatisées afin que le professionnel du droit puisse se concentrer à l’essentiel, c’est-à-dire donner des conseils juridiques. Mais cette automatisation tend à faire disparaître certaines professions « subalternes » du droit ou paralégal d’ici 15 à 20 ans.

La numérisation permet également de développer l’espace client et d’échanger des informations plus facilement. Les métiers du droit ont évolués. Il ne s’agit plus de rester dans son bureau et d’attendre que le client vienne.

Une simplification de la législation qui n’oblige plus les dirigeants d’entreprise à faire appel à un avocat pour rédiger des documents juridiques.

Une offre de service plus rapide et plus sure grâce à la signature digitale

Une tarification des avocats et des conseillers juridiques revue à la baisse pour concurrencer les LegalTech.

LegalVision, le service juridique en ligne qui permet de créer sa société en quelques minutes sur internet ou de gérer ses formalités juridiques tout au long de la vie de sa société, a bien compris l’importance de cette révolution numérique et juridique. C’est pourquoi nous nous appliquons à vous faciliter vos démarches juridiques en les radant moins coûteuses, plus claires et plus rapides.

48

No Responses

Ecrire une réponse