Révolution juridique, ou le boom des LegalTech

Nouveau vocabulaire, mais surtout concept récent dans le paysage du web, il n’existe pour l’instant aucune définition officielle pour décrire ce qu’est une LegalTech. Aujourd’hui, il s’agit de startup qui propose aux professionnels et aux particuliers des services juridiques en ligne en utilisant la technologie digitale. « Legal » pour juridique, et « Tech » pour technologie, voilà donc l’étymologie du terme. Les prestations d’une LegalTech permettent de profiter de services juridiques sans passer devant un avocat, notaire ou expert-comptable. Ainsi les startup de droit en ligne tel que LegalVision proposent des services juridiques en ligne afin de faciliter la vie des professionnels et particuliers avec une offre totalement numérique.

Sommaire

I/ Une menace pour les experts traditionnels ?
II/ En France, comme ailleurs, s’adapter aux LegalTech devient une nécessité

I/ Une menace pour les experts traditionnels ?

En quelques années, les LegalTech se sont multipliées sur le marché. Leur principal atout face aux pratiquants du droit traditionnel, est le fait qu’elles ont su s’adapter rapidement aux besoins des différentes cibles : dirigeants et créateurs d’entreprise, particuliers. Une LegalTech est facile d’accès, sécurisée et simple d’utilisation. De plus, elles proposent des offres automatisées de documents juridiques avec des tarifs transparents et à moindre prix.

Du fait de cette automatisation, une grande partie du métier d’avocats s’en trouve fortement amoindri, à l’instar des suivis des formalités administratives et de la rédaction des contrats. Cependant, dire qu’une LegalTech permettra de se passer des services d’un cabinet d’avocat est quelque peu prématuré.

En effet, un avocat détient des atouts et connaissances qui ne peuvent être remplacés par l’automatisation. La solution se trouve alors dans la combinaison de deux expertises. Il s’agit d’une part la technologie pour la réactivité et d’autre part de l’accompagnement réel d’un expert juridique.

II/ En France, comme ailleurs, s’adapter aux LegalTech devient une nécessité

Les LegalTech sont en pleine émergence partout dans le monde. Aux États-Unis, il en existe plus de 300. Le marché américain des services juridiques en ligne s’estime à plus de 400 milliards de dollars. Le virus n’a pas tardé à toucher la France. Bien qu’il soit encore trop tôt pour se prononcer, elles se développent rapidement.

La digitalisation devient une priorité pour les professionnels du droit

Selon un rapport effectué par le groupe Boston Consulting, intitulé How Legal Technology Will Change the Business of Law, pour faire face à la concurrence des LegalTech, il est impératif pour les professionnels du droit d’adopter une stratégie de développement marketing et digital. En effet, les avocats, notaires et experts comptables doivent s’adapter aux stratégies des LegalTech. Ils pourraient ainsi revoir les tarifications de leurs services et leur structure.

Le partenariat avec des LegalTech est une nécessité pour la survie des professionnels

Face à ce besoin d’adaptation, il y a deux solutions possibles : créer une Legal Tech ou en devenir partenaire. Les services des Legal Tech auraient pu être créés par les professionnels du droit. Cela aurait permis de répondre plus efficacement aux besoins du marché. Plus particulièrement lorsque celui-ci était en plein bouleversement. Il s’agit notamment de la non-industrialisation des process, de la difficulté de rentabilité ou des particuliers justiciables mis de côté…

D’où la nécessité réelle du recours aux Legal Tech et à leurs solutions juridiques presque instantanées et peu coûteuses en France, et partout ailleurs.

Contactez nos juristes !

56

  1. Avatar
    Paola Bourdon
    28/12/2016
  2. Avatar
    Gonçalo Alves
    30/12/2016
  3. Avatar
    Anonyme
    06/01/2017
  4. Avatar
    Anonyme
    20/01/2017
  5. Avatar
    Anonyme
    30/01/2017

Ecrire un commentaire